Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Emmanuel Macron annonce que l'Etat reprendra une partie de la dette de la SNCF dès 2020

Simon Chodorge , ,

Publié le

Lors d'une interview télévisée donnée le 15 avril, le président français a annoncé la reprise progressive d'une partie de la dette de la SNCF par l'Etat à partir de 2020. C'est l'un des points de désaccord entre les syndicats et le gouvernement dans le débat sur la réforme de l'entreprise ferroviaire.

Emmanuel Macron annonce que l'Etat reprendra une partie de la dette de la SNCF dès 2020
Emmanuel Macron a annoncé la reprise d'une partie de la dette de la SNCF par l'Etat.
© Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Emmanuel Macron a annoncé le dimanche 15 avril la reprise d'une partie de la dette de la SNCF par l'Etat. Le président français a ajouté que cela se ferait de façon progressive et à partir de 1er janvier 2020, c'est-à-dire après la transformation effective de la SNCF en société anonyme à capitaux publics.

Le montant exact n'est pas encore connu mais le chef d'Etat a précisé que la reprise pèserait "de manière substantielle" lors d'une interview donnée à BFMTV, Mediapart et RMC. Plusieurs experts, dont le cabinet Degest auteur d'un "contre-rapport Spinetta", estiment qu'il pourrait s'agir de 30 à 35 milliards d'euros. A la fin de l'année 2017, la dette de SNCF Réseau s'élevait à 46,6 milliards d'euros. Chaque année, elle augmenterait de 3 milliards d'euros et la moitié des 3 milliards serait uniquement consacrée au remboursement des intérêts. 

La reprise de la dette, un point clef de désaccord entre les syndicats et le gouvernement

Par le passé, Emmanuel Macron avait déjà évoqué la possibilité d'une reprise de la dette, à condition de moderniser la SNCF et le statut des cheminots. Cette question est devenue l'un des principaux points de désaccord entre les syndicats et le gouvernement dans le projet de réforme de l'entreprise ferroviaire. Tandis que les syndicats défendent une reprise préalable à toute réforme, le gouvernement estime qu'elle doit se faire sous conditions.

Le mardi 17 avril, le projet de loi "pour un nouveau pacte ferroviaire" doit être voté par les députés en première lecture.

 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

22/05/2018 - 14h20 -

Je ne sais pas si les syndicats - et les français vont gober ça. Après avoir fait des manières, Macron "consent" à ce que l'Etat - c'est à dire NOUS - efface une partie de la dette de la SNCF : une dette qui aurait du être une simple émission sans frais de monnaie étatique régalienne justifiée par le développement économique permis par le Rail, mais qui plombe sans raison les comptes de l'entreprise (et enrichi les banques) grâce à l'Euro fabriqué par les ordinateurs des banques privées. Qui se préoccupe de cette dette dans la mesure où l'Etat pourvoie à son coût ? Le transfert à l'Etat ne changera strictement rien... à moins qu'il ne s'agisse d'offrir une jolie mariée aux futurs acquéreurs : parions que l'Etat finira par racheter la totalité de cette dette - lâché de lest à la grogne des gueux qui ne comprennent rien. On nous rejoue la braderie des autoroutes.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle