Emmanuel Macron annonce que l'Etat reprendra une partie de la dette de la SNCF dès 2020

Lors d'une interview télévisée donnée le 15 avril, le président français a annoncé la reprise progressive d'une partie de la dette de la SNCF par l'Etat à partir de 2020. C'est l'un des points de désaccord entre les syndicats et le gouvernement dans le débat sur la réforme de l'entreprise ferroviaire.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Emmanuel Macron annonce que l'Etat reprendra une partie de la dette de la SNCF dès 2020
Emmanuel Macron a annoncé la reprise d'une partie de la dette de la SNCF par l'Etat.

Emmanuel Macron a annoncé le dimanche 15 avril la reprise d'une partie de la dette de la SNCF par l'Etat. Le président français a ajouté que cela se ferait de façon progressive et à partir de 1er janvier 2020, c'est-à-dire après la transformation effective de la SNCF en société anonyme à capitaux publics.

Le montant exact n'est pas encore connu mais le chef d'Etat a précisé que la reprise pèserait "de manière substantielle" lors d'une interview donnée à BFMTV, Mediapart et RMC. Plusieurs experts, dont le cabinet Degest auteur d'un "contre-rapport Spinetta", estiment qu'il pourrait s'agir de 30 à 35 milliards d'euros. A la fin de l'année 2017, la dette de SNCF Réseau s'élevait à 46,6 milliards d'euros. Chaque année, elle augmenterait de 3 milliards d'euros et la moitié des 3 milliards serait uniquement consacrée au remboursement des intérêts.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

La reprise de la dette, un point clef de désaccord entre les syndicats et le gouvernement

Par le passé, Emmanuel Macron avait déjà évoqué la possibilité d'une reprise de la dette, à condition de moderniser la SNCF et le statut des cheminots. Cette question est devenue l'un des principaux points de désaccord entre les syndicats et le gouvernement dans le projet de réforme de l'entreprise ferroviaire. Tandis que les syndicats défendent une reprise préalable à toute réforme, le gouvernement estime qu'elle doit se faire sous conditions.

Le mardi 17 avril, le projet de loi "pour un nouveau pacte ferroviaire" doit être voté par les députés en première lecture.

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS