Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Emmanuel Macron à bord du "chameau du désert" d'Acmat

, , , ,

Publié le

Moment de fierté pour Acmat à Saint-Nazaire : le nouveau président de la République, Emmanuel Macron, a remonté les Champs Élysées à bord du VLRA, un classique des armées françaises et africaines.

Emmanuel Macron à bord du chameau du désert d'Acmat © Présidence de la République - F. Lafite, G.Mariette, J.Bonet, L. Blevennec, N. Bauer

Le symbole a été abondamment commenté. Pour remonter les Champs Élysées après la cérémonie d'investiture du 14 mai, Emmanuel Macron a troqué la Citroën DS7 Cross-back pour un véhicule militaire peint en camouflé brun-kaki. Le nouveau président, dit-on, a ainsi voulu souligner sa nouvelle dimension de chef des armées, dans un contexte de terrorisme et d'engagement militaire de la France en Afrique. L'engin est en l'occurrence un VLRA (Véhicule de liaison de reconnaissance et d’appui) dans sa version "Command Car", fabriqué à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique) par les Ateliers de constructions mécaniques de l'Atlantique (Acmat).

Dans l'usine, qui emploie 120 salariés et une trentaine d'intérimaires, le choix de ce véhicule suscite une certaine fierté même si Emmanuel Macron n'est pas le premier président à emprunter le VLRA. Dans le hall d'accueil de l'entreprise on a affiché tous les présidents de la Ve République, depuis Valéry Giscard d'Estaing, à bord d'un Acmat, l'engin étant généralement utilisé lors des cérémonies du 14 juillet. Le VLRA est un véritable attribut de pouvoir puisque le modèle est détenu par plus de 50 chefs d’Etats dans le monde, principalement dans des pays africains. On a même vu le pape Jean-Paul II circuler à bord d'un VLRA blanc immaculé.

Une dizaine d'exemplaire du "Command Car"

Le VLRA utilisé par Emmanuel Macron est donc un "Command Car", une version d'apparat construite à une dizaine d'exemplaires seulement. Mais l'engin est un grand classique fabriqué depuis près d'un demi-siècle. Dans sa première version, il a été vendu à près de 12 000 exemplaires dont plus de 1 800 pour l’armée française. Il a été acquis dans plus de 70 pays, principalement en Afrique où ce "chameau du désert", tel qu'il est parfois surnommé, est apprécié pour sa capacité à emmener cinq hommes sur 1 600 kilomètres avec 200 litres d’eau. Réputé pour sa robustesse, le VLRA a été décliné dans des dizaines de modèles différents répondant à l’ensemble des besoins tactiques et opérationnels des forces armées, de l’ambulance au poste de commandement bourré d’électronique. Il a équipé l’armée française en Afghanistan et fut également adopté par les SAS britanniques et plus récemment par les commandos de marine suédois.

Techniquement, le VLRA présidentiel est un 4X4 d’un poids total en charge de 12 tonnes, sa vitesse est de 110 km/h pour une puissance de plus de deux cents chevaux. Cette nouvelle génération de VLRA, construit sur une ligne de production modernisée, "intègre les plus récentes technologies dont les motorisations Euro2 à Euro5, l'ABS déconnectable, et une boîte automatique 5 vitesses", fait savoir Acmat. Il est précisé que l'engin reprend le concept Acmat "100 % militaire éprouvé sur les terrains les plus extrême", à savoir un châssis rigide soudé et surbaissé en acier HLE. Sa construction met en œuvre une standardisation des composants permettant une forte modularité.

Acmat est une filiale de Renault Trucks Défense (RTD), fournisseur de 90 % des véhicules de l'Armée française. RTD a officiellement été mis en vente par son actionnaire, le groupe Volvo, en novembre 2016. Le VLRA n'est pas l'unique production d'Acmat qui s'est récemment vu confier la mission de transformer la militarisation de 3 700 véhicules légers de transport de personnes non protégés (VLTP NP) pour l'Armée française, sur une base de Ford Station Wagon. Cette production assure à l'usine un socle d'activité sur quatre ans.

Emmanuel Guimard

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus