International

Avec la crise de la compagnie aérienne Emirates, que deviendront les A380 voire A350 d'Airbus ?

, , , ,

Publié le , mis à jour le 18/05/2020 À 07H57

La compagnie aérienne Emirates, basée à Dubaï, envisagerait un vaste plan de suppression d'emplois afin de réduire ses coûts face à l'épidémie de coronavirus. Et de sortir les avions A380 de sa flotte.

Avec la crise d'Emirates, que deviendront les A380 voire A350 d'Airbus ?
La compagnie aérienne Emirates va-t-elle renoncer aux avions Airbus A380 au sein de sa flotte ?
© SIAE 2017 - Anthony Guerra & Alex Marc

C'est la plus importante compagnie aérienne des Émirats arabes unis et du Moyen-Orient. Basée à Dubaï, Emirates est touchée de plein fouet, comme ses concurrentes, par la crise liée à la pandémie de coronavirus. Et, après avoir annoncé un vaste plan d'économies, elle envisage, selon l'agence Bloomberg, de supprimer 30 000 emplois, c'est à dire 30% de ses effectifs qui s'élevaient à plus de 105 000 personnes fin mars.

Depuis le 25 mars, Emirates a dû suspendre ses vols passagers, suite de la décision des Emirats arabes unis de fermer leurs frontières.

Selon Bloomberg, Emirates compterait aussi accélérer le retrait des avions Airbus A 380 de sa flotte. Avec 257 appareils, dont 113 Airbus A380, la compagnie possède aujourd'hui la plus grande flotte d'avions long-courriers au monde.

Que deviendra la méga commande d'A350-900 ?

Qu'en sera-t-il de sa commande d'A350 ? En novembre 2019, à l'occasion du Dubai Airshow, Emirates avait annoncé s'offrir 50 avions Airbus A350-900. Le montant du contrat s’élevait à 16 milliards de dollars (14,4 milliards d'euros).

“Complétant nos A380 et 777, les A350 nous apporteront davantage de flexibilité opérationnelle en termes de capacité, de portée et de déploiement", précisait alors dans un communiqué le cheikh Ahmed ben Saïd Al-Maktoum, président d’Emirates. "En effet, nous sommes en train de renforcer notre modèle commercial pour apporter des services de transport aérien efficaces et confortable vers, et à travers, notre hub de Dubai.” Les livraisons devaient débuter en mai 2023 pour s’échelonner ensuite jusqu’en 2028.

 

avec Reuters (Kanishka Singh, version française Gwénaëlle Barzic)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte