Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Embellie quasi-générale dans les secteurs industriels

Solène Davesne , , , ,

Publié le

Selon les prévisions de LCL, la production en volume devrait progresser cette année dans la grande majorité des filières industrielles et des services à l’industrie. Seuls trois secteurs resteront dans le rouge.

« Ça va mieux » dans l’industrie. Selon les économistes de LCL, la quasi-totalité des secteurs industriels et des services à l’industrie devraient voir la production en volume de leurs usines françaises augmenter cette année. Seuls 4 secteurs sur 32 devraient stagner ou rester dans le rouge, selon les dernières prévisions de la banque, publiées en juillet. Une situation plus favorable que celle anticipée en début d’année par LCL. En janvier, les économistes tablaient sur une stagnation ou une baisse d’activité dans 10 des 32 secteurs. Parmi les secteurs les plus dynamiques, la construction navale profite d’un carnet de commandes fourni, tandis que l’aéronautique continue à monter en cadence (+ 4 %). Après un bond l’an passé, la production des usines automobiles françaises continue aussi de progresser à un rythme soutenu. Au-delà de la reprise du marché européen, elles profitent de l’arrivée de nouveaux modèles avec le Scenic et la Talisman, produits par Renault à Douai, et la nouvelle 3008 de Peugeot assemblée sur les chaînes de l’usine de Sochaux. Les économistes de LCL se montrent aussi plus optimistes pour le secteur du bâtiment, qui doit renouer avec la croissance après trois années de recul de l’activité. De quoi soutenir les secteurs amont, comme le verre plat et la sidérurgie. Malgré la bonne tenue de la consommation des ménages, les prévisions ont été en revanche revues à la baisse dans l’agroalimentaire, où la production devrait progresser péniblement de 0,6 % en volume et de 1 % pour les boissons. Tous les risques pour la croissance ne sont pas levés. « L’amplitude de la reprise de l’investissement des entreprises reste incertaine », soulignent les économistes de LCL. L’onde de choc provoquée par le Brexit est encore difficile à mesurer, mais pourrait renforcer l’attentisme des chefs d’entreprise.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle