L'Usine Auto

Elon Musk trouve un accord à l'amiable avec le régulateur de Wall Street

Simon Chodorge , , ,

Publié le

Le directeur général de Tesla a finalement trouvé un terrain d'entente avec le gendarme boursier américain le 26 avril. Depuis plusieurs semaines, Elon Musk et la Securities and Exchange Commission (SEC) s'attaquaient au sujet de tweets controversés. Avec cet accord, le dirigeant s'offre une sortie de crise à moindre coût. 

Elon Musk trouve un accord à l'amiable avec le régulateur de Wall Street
Depuis plusieurs semaines, Elon Musk et la Securities and Exchange Commission (SEC) s'attaquaient au sujet de tweets controversés.
© OnInnovation / 2010 The Henry Ford / CC BY-ND 2.0

Elon Musk échappe au risque d’un procès. Vendredi 26 avril, le fondateur de Tesla est parvenu à un accord avec la Securities and Exchange Commission (SEC), le régulateur américain des marchés financiers. Depuis plusieurs semaines, le sulfureux dirigeant était en litige avec la SEC pour des messages controversés publiés sur le réseau social Twitter.

Regain de tensions entre Elon Musk et la SEC depuis février

Les tensions entre Elon Musk et la SEC ont été ravivées en février 2019. Dans un tweet, le directeur général de Tesla évoquait des objectifs de production surprenants avant de se corriger dans un deuxième message. Le cafouillage n’a pas plu au gendarme boursier américain qui a accusé le dirigeant de violer leur accord conclu en octobre 2018.

En vertu de cette entente, le dirigeant devait faire relire par un conseiller juridique ses tweets relatifs à Tesla avant de les publier. Très friand du réseau social, Elon Musk n’appréciait vraisemblablement pas cette disposition. Dans sa défense, le dirigeant invoquait notamment la liberté d’expression.

La plupart des tweets sur Tesla devront être relus

Depuis, Elon Musk a calmé son jeu. Dans l’accord conclu le 26 avril, il accepte de faire relire certains de ses tweets par un avocat spécialisé dans la finance. Selon des informations rapportées par le site TechCrunch, la plupart des messages relatifs à Tesla seront concernés.

Ils devront en effet être examinés au préalable s’ils contiennent des informations sur l’état financier de l’entreprise, sa stratégie, ses potentielles fusions, acquisitions ou coentreprises ; les volumes de production, de vente ou de livraison ; les changements de direction ; les nouvelles stratégies commerciales ; ou encore la répartition des actions de Tesla.

Sortie de conflit à moindre coût

Le nouvel accord doit encore être validé par une juge américaine d'une cour fédérale. Il permettrait en tout cas à Elon Musk une sortie de conflit à moindre coût. Sous des allures dérisoires, le litige sur les tweets aurait pu avoir de lourdes conséquences pour Tesla et son directeur général.

En cas de désaccord avec la SEC, l’affaire se serait soldée devant un tribunal. Elon Musk aurait ainsi risqué une nouvelle amende voire un départ imposé. L’accord à l’amiable devrait aussi permettre de rassurer les marchés financiers qui avaient mal réagi aux sorties controversées du dirigeant sur le réseau social.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte