Elon Musk, Tesla et le mirage des nouvelles mobilités

Comptes dans le rouge, levées de fonds répétitives, belles promesses... L'histoire se répète chez Tesla. Après un début d'année 2019 difficile, l'avenir du prophète des voitures électriques et autonomes a de quoi inquiéter. L'entreprise d'Elon Musk est-elle condamnée à innover sans voir advenir les nouvelles mobilités ? Éléments d'éclairage sur les perspectives les plus obscures pour le constructeur américain.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Elon Musk, Tesla et le mirage des nouvelles mobilités
Après un début d'année 2019 difficile, l'avenir de Tesla a de quoi inquiéter.

Où va donc Tesla ? C’est la question à 40 milliards de dollars (environ la capitalisation boursière de l’entreprise). Dans le véhicule électrique et autonome, le constructeur américain reste une figure de proue de l’innovation mais son devenir inquiète régulièrement. Pour certains analystes, le fabricant de voitures électriques ne verra pas le futur de la mobilité qu’il contribue à bâtir. Une observation pessimiste mais qui n’est pas sans fondements.

Une rentabilité qui tarde à venir

En janvier, Tesla avait promis d’être rentable à chaque trimestre de 2019. L’avenir pouvait paraître radieux en ce début d’année. Après deux ans passés dans le rouge, l’entreprise enregistrait enfin des bénéfices au troisième trimestre 2018. Elle comptait alors sur le déploiement de ses véhicules en Europe, sur le lancement de la Model Y et sur la montée en cadence de la production de la Model 3.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Quelques mois plus tard, le constat est beaucoup moins radieux. Au premier trimestre 2019, bien au-delà des anticipations des analystes, Tesla a accusé 702 millions de dollars de pertes. Au moment de présenter ces résultats, le directeur général Elon Musk confiait se heurter à des problèmes logistiques.

Tesla garde ainsi l’image d’une entreprise qui brûle de l’argent. Le 2 mai, elle a annoncé une nouvelle levée de fonds de 2 milliards de dollars. Un montant colossal mais presque devenu monnaie courante pour le constructeur. Si l’on en croit la plateforme Crunchbase, il en est à son 32e tour de table et il aurait levé au total 17 milliards de dollars.

Tactiques de diversion

Face aux doutes et aux questions sur la rentabilité, le fondateur de l’entreprise a eu une stratégie invariable : faire des promesses, si possible grandioses. Tesla, une entreprise valorisée 500 milliards de dollars grâce à ses progrès dans le véhicule autonome : c’est le scénario qu’aurait pitché Elon Musk à des investisseurs, selon Business Insider, dans le cadre de son nouveau tour de table de 2 milliards de dollars.

Sur Twitter, le dirigeant s’adresse régulièrement aux actionnaires pour les rassurer sur les résultats de Tesla à “long terme”. Reste à savoir quand cette échéance viendra. D’autant plus que les manoeuvres de l’entrepreneur s’effritent et commencent à être bien connues. Lorsque l’entreprise a révélé son Model Y, une version agrandie de la Model 3, certains analystes ont fustigé le nouveau véhicule comme une “tactique de diversion”.

Plaisantin et imprévisible à souhait avec ses fans, Elon Musk a également de quoi inquiéter les investisseurs par son caractère. Même si la crise s’est apaisée, les tensions entre le dirigeant et le gendarme boursier américain a eu des répercussions en Bourse à plusieurs reprises.

La concurrence arrive

Autre variable, plus dangereuse, celle de la concurrence. Tesla n’a plus beaucoup de temps devant lui avant que le marché du véhicule électrique soit investi par les constructeurs allemands à coups de SUV 100% ou partiellement électrifiés. Et à l’inverse de l’entreprise américaine, ces groupes installés depuis des décennies peuvent compter sur davantage de sites de production.

Dans le magazine Wired, David Bailey, professeur de stratégie industrielle à l’Aston Business School, rejoint le camp des défaitistes : “Je pense qu’en fin de compte, ils réussiront à changer le monde. Ils ont rendu les véhicules électriques acceptables et sexy. Mais ça ne veut pas dire que Tesla survivra.”

Partager

NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS