L'Usine Energie

Elisabeth Borne fustige “le développement anarchique” des éoliennes en France

Simon Chodorge , , , ,

Publié le

Vu sur le web Le gouvernement français prononce à nouveau des mots durs pour la filière éolienne. Elisabeth Borne, ministre de la Transition écologique et solidaire, a dénoncé le 18 février "le développement anarchique" des parcs éoliens sur le territoire français.

Elisabeth Borne fustige “le développement anarchique” des éoliennes en France
Elisabeth Borne s’exprimait au Sénat devant la commission des affaires économiques lorsqu’elle a défendu “un développement harmonieux de l’éolien”. (Photo d'archive)
© Dahmane - L'Usine Nouvelle

Le gouvernement sait-il sur quel pied danser avec les éoliennes ? Mardi 18 février, la ministre de la Transition écologique et solidaire n’a pas pesé ses mots en dénonçant “le développement anarchique” des parcs, selon des propos rapportés par Le Monde. Le projet de programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) présenté par le gouvernement réserve pourtant une large place à cette filière. 

“Saturation visuelle” et “situation d’encerclement”

Elisabeth Borne s’exprimait au Sénat devant la commission des affaires économiques lorsqu’elle a défendu “un développement harmonieux de l’éolien”. “Il y a des emplacements de parcs éoliens en covisibilité avec des monuments historiques, a argumenté la ministre. Je ne comprends même pas comment nous avons pu arriver à ces situations.”

“Nous avons des territoires dans lesquels nous avons une dispersion de petits parcs de taille et de forme variable qui donnent une saturation visuelle, voire une situation d’encerclement autour de certains bourgs qui est absolument insupportable”, a poursuivi la ministre. Le président français tenait des propos similaires en janvier en indiquant qu’il ne croyait pas à un développement massif de l’éolien terrestre.

Deux régions concentrent les parcs éoliens

Il est vrai que deux régions françaises dominent largement les autres territoires sur l’éolien : les Hauts-de-France et le Grand Est. Au 31 décembre 2019, ces régions comptaient une puissance installée de 8 149 MW, soit 49,4 % du parc national. La tendance ne risque pas de s’inverser en considérant les projets en développement.

Dans d’autres régions, comme la Nouvelle-Aquitaine, le développement des parcs éoliens est ralenti par l’opposition des citoyens et des élus qui dénoncent une dégradation du paysage ou des nuisances sonores. Début février, lors de son bilan de l'année 2019, le Syndicat des énergies renouvelables (SER) a confirmé qu’il avait du travail pour améliorer l’acceptabilité des éoliennes. Des groupes de travail au sein de la filière doivent formuler des propositions sur le sujet dès le printemps 2020.

Une PPE en faveur de l’éolien terrestre

Ces critiques contre les éoliennes n’ont donc rien de nouveau. Qu’elles émanent des plus hauts rangs de l’État risque toutefois de faire grincer des dents dans le secteur des énergies renouvelables, d’autant plus dans le contexte de la lutte contre le réchauffement climatique. L’organisation européenne qui représente la filière éolienne, WindEurope, estime quant à elle que les pays européens doivent accélérer leurs projets s’ils comptent atteindre la neutralité carbone en 2050.

Le gouvernement cherche-t-il à ralentir l’installation des éoliennes terrestres ? Ou exploite-t-il le syndrome Nimby ("not in my backyard") à l'approche des élections municipales ? Le projet de PPE révélé en novembre 2019 suggère la deuxième option puisqu’il prévoit de tripler l’éolien terrestre en huit ans.

Réagir à cet article

3 commentaires

Nom profil

29/02/2020 - 18h36 -

L’eolien n’apporte guère de l’énergie utilisable, difficile à stoquer, détruit la nature, rend malade, aussi l’homme. Des infarctus du myocarde: j’en ai fait deux depuis l’installation d’un parc à 3,5 km de moi. Ce printemps on commence d’en installer 5 en pleine vue à 540m de ma maison. La santé de l’homme n’est pas important. L’homme n’est pas protégé. Il y a des espèces d’animaux protégés, qui meurent. La corruption, prises illégales d’intérêts, peu importe, on continue a détruire l’environnement. Liberté, égalité, fraternité n’existes plus. Les droits de l’homme pas non plus.
Répondre au commentaire
Nom profil

19/02/2020 - 18h37 -

Pas plus mal vu que l'éolien en France ne contribura pas de manière significative à la réduction des émissions de CO2. En effet grâce aux centrales nucléaires, la production d'électricité est déjà décarbonée ! Il vaut mieux investir ailleurs, dans le véhicule électrique par exemple.
Répondre au commentaire
Nom profil

19/02/2020 - 13h58 -

Incroyable, Mme Borne semble ignorer que la construction d'un parc éolien est soumis à un accord préfectoral. Et ce après une étude très complète incluant des simulations de l'impact visuel. Le dossier à soumettre à la préfecture, après un an en moyenne de prises de mesures et d'interventions de nombreux spécialistes, est analysé par les services du préfet qui a un an pour rendre un avis Alors s'il y a "développement anarchique", Mme Borne, ministre d'état devrait donner des instructions aux services représentant l'état.... i.e. les préfectures !
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte