ELECTRONIQUELE TEST IN SITU SE DÉMOCRATISELe marché des testeurs in situ connaît un palier. Pourtant, il s'en vend de plus en plus. Paradoxe? Non, les utilisateurs veulent des machines moins chères et moins complexes.

Partager

ELECTRONIQUE

LE TEST IN SITU SE DÉMOCRATISE

Le marché des testeurs in situ connaît un palier. Pourtant, il s'en vend de plus en plus. Paradoxe? Non, les utilisateurs veulent des machines moins chères et moins complexes.



Le secteur des testeurs in situ - ces machines qui assurent que les composants présents sur les cartes électroniques sont à leur place et fonctionnent correctement- subit de profondes évolutions. Les produits qui contiennent des cartes électroniques sont de plus en plus nombreux dans tous les secteurs. Ces cartes étant en général testées en production, le nombre de testeurs augmente donc en proportion. Mais cela ne se traduit pas par une croissance équivalente en chiffre d'affaires. A cela, trois raisons. D'abord, les lignes de fabrication des cartes gagnent en qualité. Du coup, les utilisateurs ont recours à des testeurs moins évolués. On s'acheminerait ainsi vers une réduction du coût d'achat moyen d'un testeur. Et, de fait, les appareils qui sont situés entre 400000 et 800000francs se vendent aujourd'hui mieux, au détriment de ceux dont les prix se situent entre 1 et 2millions de francs. Autre responsable: la baisse des prix des matériels. Entre 1994 et 1993, pour le milieu de gamme, elle atteignait 15%. La situation devrait être la même en 1995. Les utilisateurs bénéficient d'une réduction des coûts d'acquisition mais aussi des coûts d'exploitation. Un troisième facteur est en train d'émerger, et sans doute sera-t-il à prendre en compte dans les années à venir: les matériels de seconde main et de location. Chez un constructeur comme Hewlett-Packard, la revente de testeurs représente 5 à 6% du chiffre d'affaires. Ce n'est certes pas très important, mais il s'agit d'une attitude nouvelle. Et qui concerne également la location de testeurs. Trois cas se présentent: la société qui loue passe un contrat de location "normal"; elle a un besoin ponctuel pour un projet donné; elle est en dépassement de capacité sur une ligne de production. Les trois situations peuvent être prises en compte. Même si la proportion dans le chiffre d'affaires des fabricants reste minime (quelques pourcents), ce créneau est amené à se développer grâce à des sociétés spécialisées dans la location de matériel, comme le britannique Test Solutions.

Des constructeurs plus ou moins optimistes

Selon les premières estimations des constructeurs (les résultats définitifs seront publiés à la mi-95), le marché mondial des testeurs devrait être compris entre 400 et 430millions de dollars pour 1994, contre 407millions l'an dernier. Cette hésitation entre une faible croissance et une tout aussi faible baisse du marché reflète cette étape de transition. Et il ne s'agit pas d'une situation ponctuelle. Toutes les régions économiques (Europe, Etats-Unis et Asie du Sud-Est) connaissent le même phénomène. Les différences d'opinion entre les trois grands constructeurs témoignent de la difficulté à saisir ce nouvel état du marché. "En valeur, le marché demeure relativement plat", estime Kamran Firooz, directeur de la division "tests de production" de Hewlett-Packard, leader dans le domaine. GenRad, le numéro 2 du secteur, se situe dans la tranche haute des estimations et envisage une croissance d'environ 7%. Dans ce cas, la vision est résolument optimiste. Ce serait la première fois depuis des années que le marché renouerait avec la croissance. Suivant cette optique, celle-ci devrait sans doute être du même ordre de grandeur en 1995. De son côté, Teradyne, estime que le marché est en légère régression. Reste que, en nombre de testeurs, le marché, porté par le nombre sans cesse grandissant de produits à base de cartes électroniques, continue de croître. "En 1994, nous avons eu 35 à 40% de nouveaux clients", indique Kamran Firooz. Le marché est soutenu par quatre grands domaines d'activité: l'informatique, les télécommunications, l'automobile et la sous-traitance.

Jean-Pierre Vernay



70% des parts à trois

Trois constructeurs américains, Hewlett-Packard, GenRad et Teradyne, se partagent un peu plus de 70% du marché du test in situ. Hewlett-Packard en revendique 35%, GenRad 25% et Teradyne 11%. Le solde est divisé entre : Spea, Tecnost, Schlumberger, Rohde & Schwarz, Marconi, etc.

USINE NOUVELLE N°2494

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS