Quotidien des Usines

Electrolux va investir 15 millions d’euros sur son ancien site de Revin

, , , ,

Publié le

Electrolux, repreneur de l'usine Arthur-Martin en 1976, a cédé son outil de production de Revin (Ardennes), à Selni tout en investissant 15 millions d’euros sur le site pour sa reconversion. 186 emplois ont été sauvegardés suite au départ progressif à Olawa (Pologne) de la production de machines à laver par le dessus.

Electrolux va investir 15 millions d’euros sur son ancien site de Revin
Moteur Selni
© Selni

Après le départ en retraite de 130 salariés et le feu vert donné par la Direccte à un plan de sauvegarde de l’emploi de 56 licenciements qui s’étalera jusqu’en 2016, Selni reprend 186 des 372 ex-salariés d’Electrolux à Revin (Ardennes). Spécialisée dans la fabrication de moteurs électriques, la Société électronique du Nivernais (Selni) compte 138 salariés à Nevers (Nièvre) et 43 sur le site turc de Manisa.

Sous la conduite d’un comité de direction composé de Céline Pinter (ressources humaines), Daniel Mozzi (direction qualité), Thierry Martin (production) et Christophe Giboni (logistique), ces salariés œuvreront jusqu'en fin 2016 sur les trois anciennes lignes dédiées à la production de machines à laver. Une fabrication qui ira en décroissant le temps qu’Electrolux réalise les 15 millions d'euros d’investissements programmés pour rééquiper l’usine revinoise pour sa nouvelle vocation.

Deux nouvelles lignes de production d'ici 2016

Pour se désengager plus tôt des Ardennes, le géant suédois financera la chaîne d’assemblage de moteurs universels pour 10 millions d’euros nécessaire à Selni pour réaliser le contrat d'approvisionnement garanti par Electrolux d’ici 2020. Soit la fabrication de 7,2 millions de moteurs en sept ans. La future chaîne sera opérationnelle en avril 2015, moment où Electrolux cessera la fabrication des machines à laver par le dessus pour la délocaliser à Olawa (Pologne) dans une usine low-cost.

Electrolux a aussi garanti à Selni l’installation d’une seconde ligne de production destinée à la fabrication de moteurs BLDC d’application domotique qui seront commercialisés auprès d’assembleurs et installateurs-revendeurs et pour la grande distribution. Ce second plan d’investissement de 5 millions d’euros s’achèvera en février 2016. Au terme de cette mue industrielle, 98 salariés travailleront sur les moteurs universels, 56 sur les moteurs BLDC et 30 sur les structures.

Une aubaine pour Selni, car cette société au chiffre d’affaires de 18 millions d’euros restait fragilisée par les effets de la fermeture de Fagor-Brandt. Aujourd’hui, elle espère doubler son chiffre d’affaires d’ici 2017 via l’usine de Revin mais devra convaincre de la possibilité de réaliser 1,1 million de moteurs BLDC par an. FO, syndicat majoritaire au sein de l’entreprise revinoise, doute de la pertinence et de la crédibilité de cette opération.

Pascal Remy

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte