Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Electrolux : le projet de reprise de Selni est ficelé

, , , ,

Publié le

Avec la fourniture par Electrolux d'un outil industriel neuf et complet et le doublement de son effectif actuel, Selni, conforte à travers la reprise du site de Revin (Ardennes) sa stratégie de croissance. La PME nivernaise entend devenir un interlocuteur majeur dans le secteur de l'électroménager.

Electrolux : le projet de reprise de Selni est ficelé
Site Electrolux de Revin
© Electrolux

Le 13 juin, le directeur général de Selni, Philippe Vidal, est venu présenter aux salariés de l'usine Electrolux de Revin (Ardennes) le projet de reprise actuellement en voie de finalisation.

Accepté par les instances représentatives du personnel, présenté en comité central d'entreprise le 5 juin et actuellement soumis à l'administration pour validation, ce plan a été détaillé au personnel par une équipe de sept cadres en charge de la transition.
Philippe Vidal a rappelé que la PME de Nevers (180 salariés, 26 millions d'euros de chiffres d'affaires en 2013), spécialisée dans la fabrication de moteurs électriques et de pompes, allait reprendre le flambeau d'Electrolux dès le 1er juillet après la création de la Société Ardennaise Industrielle (SAI) : "On ne vient pas ici pour faire de la figuration mais pour créer et développer un projet de reconversion du site."

7,2 millions de moteurs universels d'ici 2021

Cette nouvelle PME fonctionnera avec un effectif de 180 salariés. Electrolux, par un contrat de fourniture exclusif, garantit à SAI un volant d'activités de 7,2 millions de moteurs d'ici 2021 tout en lui assurant de la trésorerie.

Après l'ouverture des premiers départs volontaires à la fin juin et avant le lancement de nouvelles fabrications, 250 salariés seront maintenus à leur poste jusqu'en 2016 afin de travailler en sous-traitance pour Electrolux et assurer la production des 530 000 machines à laver "Top load" appelées en suite à être délocalisée à Olawa (Pologne).

Concernant la situation financière de Selni, Philippe Vidal s'est montré rassurant : "Ce plan a été validé par trois cabinets d'audits financiers dépendants de l'Etat, KPMG et Syndex."

Pascal Remy

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle