Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Électrochoc pour la SNCF

Publié le

Électrochoc pour la SNCF

Après le rapport de Jean-Cyril Spinetta remis au Premier ministre Édouard Philippe, le 15 février, le système ferroviaire français ne sera peut-être plus le même. Du moins si le gouvernement retient l’essentiel de ses 43 propositions, dont une prise en charge de la dette de SNCF Réseau, pièce essentielle du futur puzzle ferroviaire, avant l’arrivée de la concurrence. Les futurs salariés de la SNCF ne bénéficieraient plus du statut actuel des cheminots. Et l’entreprise ferroviaire pourrait engager une réduction de ses effectifs avec l’ouverture d’une procédure de départs volontaires durant deux ans. Deux propositions d’ores et déjà rejetées par l’ensemble des organisations syndicales de la SNCF. Alors que le rapport propose d’accélérer la rénovation du réseau avec une enveloppe supplémentaire de 400 millions d’euros par an, et que la fréquentation des trains est en augmentation, difficile de comprendre une telle proposition. À moins qu’elle ne se base sur un réseau largement amputé. Le rapport Spinetta propose d’étudier la viabilité de plus de 10 000 km de lignes secondaires. Pour ses détracteurs, on serait loin de la priorité affichée par le gouvernement en faveur du transport du quotidien… et d’une mobilité durable en encourageant ainsi le transfert des voyageurs vers la route. Le rapport propose également la filialisation de Fret SNCF, réduit à une peau de chagrin, ce qui pourrait constituer une première étape vers un désengagement de la SNCF. Autre contradiction, la proposition de conserver toutes les dessertes de TGV pour favoriser le transport de masse. Pourtant, réduire le périmètre de ces trains aux seules lignes dédiées à la grande vitesse améliorerait leur rentabilité. Mais cette révolution pour les voyageurs ne pourrait voir le jour qu’avec des correspondances réglées comme des horloges. Or, la ponctualité de la SNCF reste un point noir…

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle