Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

[Élections européennes] La vague verte touche la France, le Rassemblement national l’emporte

Pascal Gateaud

Publié le

Comme en 2014, le parti de Marine Le Pen a remporté les élections européennes en France où Europe-Ecologie-Les Verts arrive en troisième position. Le parti présidentiel et ses alliés, LREM et Modem, limitent la casse.

[Élections européennes] La vague verte touche la France, le Rassemblement national l’emporte
Regain de participation pour les élections européennes du 27 mai 2019.
© Sebastien PIRLET - European Union 2019 - Source : EP

Pour la deuxième fois d’affilée, l’extrême-droite remporte les élections européennes en France. Le Rassemblement national fait toutefois un peu moins que le score du Front national en 2014. LREM et ses alliés du Modem de la liste Renaissance limitent la casse. Marine Le Pen peut, néanmoins, se targuer d’une revanche sur le chef de l’État, Emmanuel Macron, qui s’était engagé dans la dernière ligne droite pour soutenir Nathalie Loiseau, les sondages donnant vainqueur le RN. "Un message fort, reçu 5 sur 5", a affirmé le chef du gouvernement, Édouard Philippe.

L’autre gagnant de ce 26 mai est Yannick Jadot, qui, après neuf mois de campagne de terrain, a propulsé Europe-Écologie-Les Verts à la troisième place, capitalisant sur les préoccupations des Français pour la défense de la planète. Les élections européennes réussissent généralement aux écologistes. Le succès d’EELV en France témoigne de la vague verte qui a touché l’Europe, Die Grünen, en Allemagne, terminant deuxième derrière l’alliance CDU-CSU qui soutient la chancelière Angela Merkel.

Quel effet gilets jaunes ?

Après six mois de manifestations sur les ronds-point et dans les rues des grandes villes de France, le parti présidentiel avait tout à craindre du vote des gilets jaunes. Si le Rassemblement national a été le réceptacle d’une partie de cette grogne sociale, celle-ci n’a pas profité à La France insoumise, en pointe dès le 17 novembre aux côtés des opposants à la politique du chef de l’État. Jean-Luc Mélenchon, qui a toujours rejeté les appels à l’union de la gauche, en était réduit, dimanche soir, à appeler à un rassemblement de forces éparpillées. La France insoumise se retrouve à hauteur du Parti socialiste allié avec Place publique. Autre grand perdant de ce scrutin à la proportionnelle, Les Républicains. Contre toute attente, François-Xavier Bellamy enregistre le pire score pour la droite conservatrice. Laurent Wauquiez sera sans doute tenu pour responsable de l’effondrement de l’ancien parti de Jacques Chirac et Nicolas Sarkozy.

Plusieurs petites listes enregistrent un échec cuisant, à l’extrême-droite : Debout la France de Nicolas-Dupont-Aignan et Les Patriotes de Florian Philippot, à gauche, Génération.s de Benoît Hamon et le Parti communiste conduit par Ian Brossat. Florian Philippot et Benoît Hamon n’ont pas profité de leur départ de leur formation d’origine, le Front national et le Parti socialiste, et auront du mal à exister au cours des prochains mois. Autre enseignement de ce scrutin: la présence de listes nationales semble avoir incité les électeurs français à voter, la participation dépassant la barre des 50 %, contre seulement 42,4 % en 2014. Le mouvement des gilets jaunes y a également contribué. Globalement, une légère majorité en faveur de l’Europe semble l’avoir emporté, si tant est que l’on puisse additionner les voix de la LREM, d’EELV, de LR et du PS+PL-PUB…

Acte 2 du quinquennat

Emmanuel Macron a, d’ores et déjà, promis un approfondissement de l'acte deux de son quinquennat. La polarisation du scrutin de ce 26 mai et le succès des écologistes - au score d’EELV, il convient d’ajouter celui d’Urgence écologie conduit par Dominique Bourg - vont sans doute l’inciter à verdir davantage son programme de réformes en France. Mais il lui faudra également tenir compte des attentes sociales. Son fidèle soutien Daniel Cohn-Bendit a envisagé, dès dimanche soir, une convergence de vues et de destin entre la LREM et EELV. Au niveau européen, la vague verte et la bonne tenue des grands partis de gouvernement favorables à l’Union européenne pourraient également conduire à une légère inflexion des politiques de l’Union. L’extrême-droite et les mouvements souverainistes qui compteront une centaine de députés sur un total de 770, ne sont pas en mesure de les remettre en cause.

L’élection européenne est la plus grosse élection au monde en nombre de votants après celle de l’Inde. C’est dire la force de l’Union, qui n’aura pas de trop du mandat de cinq ans des nouveaux députés européens pour définir et affirmer sa place entre les États-Unis et la Chine

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle