El Niño continue à gagner en intensité et cela pourrait affecter les prix agricoles

Le phénomène climatique El Niño capte de nouveau l'attention des météorologues. Il pourrait figurer parmi les quatre épisodes les plus importants de ce type depuis 1950. A la clé, des récoltes menacées et une remontée des prix agricoles.

Partager

"Selon la majorité des modèles climatiques internationaux, l'épisode El Niño 2015/16 devrait gagner en intensité avant la fin de l'année", confirme l’Organisation météorologique internationale (OMM). L’épisode climatique atteindrait son intensité maximale entre les mois d’octobre 2015 et de janvier 2016, et se placerait parmi les quatre sessions les plus importantes d’El Niño enregistrées depuis 1950, indique cette division de l’Organisation des Nations Unies. L’éventualité de la survenue d’un nouvel épisode de type El Nino a été annoncée au printemps dernier par les autorités américaines et australiennes.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Le développement d'El Niño devrait être le plus fort de ces vingt dernières années, avec un pic en novembre et se poursuivant en 2016", a pour sa part avancé le dirigeant de la société américaine Climate Impact Company, Scott Yuknis, interrogé par la banque d’affaires Morgan Stanley. Le spécialiste anticipe des précipitations inférieures à la normale en Australie et en Asie méridionale et orientale et, a contrario, des précipitations supérieures à la normale aux États-Unis, dans le centre-sud du Brésil et en Argentine, pouvant affecter la culture du maïs et du soja.

Le Pacifique comme océan de référence

Le phénomène se traduit traditionnellement par une persistance des eaux chaudes dans l’océan Pacifique. En Asie du Sud-Est, des pluies étant normalement situées au milieu du Pacifique se sont déplacées vers le milieu de la région. Courant août, les températures de surface du centre-est du Pacifique tropical ont été comprises entre 1,3 et 2,0 degrés (°C) au-dessus de la normale.

"L'anomalie moyenne de température de surface de la mer a atteint à la mi-août la valeur de +2°C dans la région de l'océan Pacifique équatorial utilisée pour analyser le phénomène. Si cette anomalie devait se maintenir à ce niveau au cours des trois prochains mois, le seuil d'un événement El Niño fort serait atteint", précise pour sa part Météo France. "Lorsque les eaux de surface du Pacifique sont anormalement chaudes, elles réchauffent donc l'atmosphère en lui restituant l'énergie emmagasinée jusque-là dans les profondeurs océaniques", rappellent ses prévisionnistes.


Evolution de l'anomalie de température de surface de l'océan Pacifique dans la région étudiée "boîte Niño 3.4"

Des précipitations supérieures à la normale

L’impact d’El Niño se traduit notamment par des bouleversements liés aux précipitations. Lors d’une année considérée comme normale, l’Agence américaine d'observation océanique et atmosphérique (NOAA) prévoit par exemple la Caroline du Sud soit exposée à la pluie de manière égale selon l’intensité de celle-ci (33,3% de façon supérieure à la normale saisonnière, 33,3% de façon proche de la normale, et 33,3% de façon inférieure à la normale). Avec El Niño, ces prévisions peuvent être modifiées de manière importante, le risque de précipitations supérieures à la normale pouvant atteindre 60% !

La NOAA réévalue ces chiffres au fur et à mesure de l’avancée du phénomène. Son évolution sera donc mesurée en temps réel. Rendez-vous en fin d'année...

Franck Stassi

Partager

NEWSLETTER Matières Premières
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS