Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Egypte, Inde... Le Rafale vole-t-il vers de nouvelles commandes?

Hassan Meddah , , , ,

Publié le

La visite du président égyptien en France et le déplacement du ministre des Armées en Inde pourraient faire avancer les négociations pour des commandes supplémentaires de Rafale.

Egypte, Inde... Le Rafale vole-t-il vers de nouvelles commandes?
Le Rafale B (biplace) en vol au-dessus des pyramides (Egypte)
© Dassault

L'Egypte va-t-elle exercer son option pour l'acquisition de 12 Rafale supplémentaires? Ce sera l'un des sujets de discussion abordés à l'occasion de la visite du président Egyptien Abdel Fattah al-Sissi en France ce mardi 24 octobre et sa rencontre avec Emmanuel Macron. "S'il peut y avoir de nouveaux contrats, tant mieux ! Je crois que ce sera l'objet de la discussion entre le président de la République et le président égyptien", a précisé le ministre de l'Economie Bruno Le Maire sur les ondes d'Europe 1.

L'Egypte a été le premier pays à commander l'avion de combat français avec une commande de 24 appareils en 2015. Toutefois, des interrogations subsistent sur la solvabilité du Caire pour une commande supplémentaire. "C'est tant mieux si le régime a les moyens de payer les Rafale. C'est normal que Bercy s'assure que le régime égyptien soit en mesure de payer ces commandes d'avions", a précisé le ministre. La France a déjà livré 12 appareils à l'Egypte entre 2015 et 2106. Elle prévoit d'en livrer huit autres durant 2017.

Les négociations pourraient également avancer sur le front indien. La ministre des Armées Florence Parly se rend à New-Delhi en fin de semaine avec un aéropage d'industriels de l'armement. Les forces de l'air indienne n'ont jamais caché qu'elles voulaient acquérir des appareils français au-delà des 36 Rafale commandés.

Ces appareils sont achetés "sur étagère" directement à l'usine de Mérignac de Dassault Aviation, à travers un accord de gouvernement à gouvernement. Si l'Inde devait procéder à une nouvelle commande, elle exigerait que les appareils soient produits cette fois-ci sur place, en partenariat avec des industriels indiens. "Nous allons devoir montrer que nous sommes prêts à satisfaire aux exigences du Make-In India", explique une source industrielle tricolore. Certains industriels comme Dassault Aviation, Thales et Safran ont anticipé la situation. Ils ont récemment noué des partenariats avec des industriels locaux. A l'occasion du déplacement de la ministre des Armées, ils devraient préciser leurs investissements industriels en Inde et le calendrier de production de leurs nouvelles usines.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle