Egis réussit son ouverture de capital

Le numéro un français du conseil et de l'ingénierie dans les infrastructures boucle sa fusion avec Iosis en affichant une bonne année 2011 et en se positionnant à l'international.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Egis réussit son ouverture de capital

Egis n'est plus une entreprise 100 % publique. "Le rapprochement avec Iosis, un groupe travaillant dans le bâtiment et le génie civil nucléaire et détenu par ses cadres, a été l'occasion d'ouvrir le capital, jusqu'ici contrôlé à 100 % par la Caisse des Dépôts", rappelle Nicolas Jachiet, le Directeur général de ce groupe spécialiste du conseil et de l'ingénierie dans les infrastructures et le bâtiment.

Désormais, 25 % du capital sont détenus par 430 cadres partenaires issus des deux groupes et un Fonds commun de placement d'entreprise ouvert aux 4 500 salariés français du nouvel ensemble. Le reste est toujours détenu par la Caisse des dépôts (CDC).

Et le nouvel ensemble de 12 000 personnes affiche une bonne santé. Avec la fusion, le chiffre d'affaires 2011 ressort à 858 millions d'euros, pour moitié à l'international, marquant un accroissement de 7 %, dont 3 % de croissance externe. 711 millions d'euros sont réalisés par le pôle ingénierie (7 400 personnes).

Le reste, 147 millions, par le pôle montage de projets et exploitation (4 600 salariés). À périmètre comparable, il aurait été d'un peu plus de 800 millions en 2010. Le résultat net consolidé s'affiche à 41,4 millions (hors impôt différé).

La force des concessions

Un des secrets du succès d'Egis réside, depuis deux décennies, dans une activité originale, la concession, notamment dans l'exploitation aéroportuaire (une douzaine de plates-formes gérées) et autoroutière. L'ingénieriste participe au tour de table, fournit des équipements clé en main et assure l'exploitation.

C'est une activité récurrente, présentant des synergies avec le reste de l'activité et rentable. "Elle représente 17 % du chiffre d'affaires (107 millions), mais 30 % du résultat", reconnaît le Directeur général. Et elle continue de croître. En 2011, Egis a remporté la concession de l'aéroport de Campinas, à 120 km de São Paulo, accordé pour trente ans et l'exploitation d'autoroutes en Irlande. "Et d'autres enchères se profilent", précise Michel Bastick, le DGA Stratégies et Développement, notamment un aéroport près de Rio, au Brésil.

50% à l'international

"Le Brésil est un pays particulièrement ciblé. C'est un pays en forte croissance où le groupe n'était que très peu présent. La croissance devra de toute façon aller se chercher hors de France, où la conjoncture est difficile, avec sans doute une baisse des investissements des collectivités", poursuit Jean-François Cazes, le DGA International et Industrie. Le Moyen Orient (Arabie, Qatar, Émirats), l'Afrique de l'Est et Centrale (Kenya, Cameroun) et l'Asie (Chine Inde, Indonésie) sont également des régions privilégiées.

L'objectif est de développer le chiffre d'affaires de 50 % d'ici à 2015 : par la croissance organique, mais aussi par des acquisitions dans des métiers complémentaires ou des cibles géographiques. Le carnet de commandes ingénierie enregistre actuellement 860 millions d'euros, en hausse de 9 %, ce qui représente 14,5 mois d'activité. De quoi rassurer à la fois l'actionnaire public et privé.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS