Efficacité : Les services énergétiques poussent aux économies

Les entreprises françaises de services énergétique proposent l'amplification de leurs efforts d'économie d'énergie. Sous réserve d'un appui réglementaire de l'Etat.

Partager

Pas un euro de subvention pour réduire encore de 7 millions de tonnes par an les émissions de CO2 ! Les quelque 500 « SSEE » - sociétés de services énergétiques, dont leurs leaders, Dalkia, Elyo et Cofatech - qui se prévalent d'avoir fait économiser, en 2002, 3 millions de tep (tonne d'équivalent pétrole) à leurs clients industriels, tertiaires ou résidentiels et d'avoir évité 8 millions de tonnes de CO2, veulent aller plus loin. En mobilisant davantage les consommations d'énergie liées au confort thermique et aux utilités industrielles, la profession (6 milliards d'euros de chiffre d'affaires, 35 000 salariés) se dit prête à s'engager sur des objectifs plus contraignants pour 2010 : 15 millions de tonnes de CO2 évitées et 5 millions de tep d'énergie économisées.

« Nous proposons au gouvernement, explique Armand Burfin, président de la FG3E, leur organisme professionnel, un pacte pour l'efficacité énergétique à intégrer au projet de loi d'orientation énergétique discuté à l'automne au Parlement. Nos vœux : que soient prises diverses dispositions légales et que l'Etat, dans ce domaine des économies d'énergie, soit exemplaire. Nous accepterions que des pénalités soient intégrées dans nos contrats si ces objectifs n'étaient pas atteints. » Mesures proposées : l'introduction dans les marchés publics d'une clause de mieux disant énergétique fondée sur les coûts d'installation et d'exploitation, le contrôle périodique du rendement des installations de chauffage et de climatisation. Ou encore, la participation des locataires aux investissements de maîtrise d'énergie et l'instauration de délégation de service public dans les contrats de gestion d'énergie pour les bâtiments publics.

Le dossier a été présenté, la semaine dernière, à Nicole Fontaine, ministre déléguée à l'Industrie. La FG3E doit aussi se concerter avec Michèle Pappalardo, la présidente de l'Ademe,. Impératif : finir avant l'été pour figurer dans le projet de loi. La profession promet, si elle est écoutée, de créer 2500 emplois par an.

Alain Jemain

Les entreprises de services énergétiques

D'importance diverse (la moitié d'entre elles comptent moins de dix salariés), les SSEE gèrent :

- Plus de 26 000 sites équipés de systèmes de télécontrôle
- Plus de 4 millions d'appareils individuels
- 380 réseaux de chaleur dans 250 villes de France
- 9,5 millions de tonnes de déchets ménagers
- une puissance totale de 97000 Mw.

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS