L'Usine Energie

Édouard Philippe mentionne l'horizon 2035 pour la réduction du nucléaire à 50%

Simon Chodorge ,

Publié le

Le 5 septembre, le Premier ministre a évoqué l'horizon 2035 pour réduire à 50% la part de nucléaire dans la production d'électricité en France. Cette date devrait être confirmée en octobre, avec la présentation de la Programmation pluriannuelle de l'énergie.

Édouard Philippe mentionne l'horizon 2035 pour la réduction du nucléaire à 50%
Le Premier ministre a évoqué l'horizon 2035 pour réduire à 50% la part de nucléaire dans la production d'électricité en France.
© Facebook - Syndicat CGT énergies Aube

Réduire à 50% la part du nucléaire dans la production d'électricité, ce pourrait être pour 2035. Le Premier ministre a évoqué cet objectif le mercredi 5 septembre, à l'issue d'un séminaire gouvernemental de rentrée. Édouard Philippe a ainsi parlé de "l’engagement pris par le président de la République de permettre la constitution d’un mix énergétique à l’horizon de 2035 avec 50% de nucléaire".

En novembre 2017, le gouvernement a renoncé à atteindre cette part pour 2025. Cette date, décidée lors de la présidence de François Hollande, avait également été défendue par Emmanuel Macron lors de sa campagne. La nouvelle échéance n'a pas été précisée depuis novembre 2017. Le ministre de la Transition écologique et solidaire d'alors, Nicolas Hulot, parlait déjà néanmoins de 2030 ou 2035.

S'agit-il d'une erreur de communication de la part du gouvernement ? Le cabinet du Premier ministre commente dans Le Figaro : "La date précise pour atteindre l'objectif de 50% n'est pas encore arbitrée." François de Rugy, tout juste nommé successeur de Nicolas Hulot, n'a pas non plus dévoilé d'horizon précis lors d'un entretien avec la presse le mardi 4 septembre.

Cette nouvelle échéance devrait être confirmée ou infirmée avec la Programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE). Le gouvernement doit la présenter fin octobre. Aujourd'hui, le nucléaire représente environ 75% de la production d'électricité en France.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

06/09/2018 - 10h24 -

Quand on voit l'arrivée des premiers véhicules électriques allemands (un Mercedes de 2.4 tonnes) , on peut se demander si la montée en puissance de la part de l’électrique dans la mobilité ne va pas compromettre ce genre d'objectif.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte