Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Editorial : au Mondial, des constructeurs automobiles en quête de sobriété heureuse ?

, , , ,

Publié le , mis à jour le 04/10/2014 À 12H48

Des concepts-cars, des modèles clinquants, tous les deux ans, le Mondial de l'automobile de Paris est l'occasion pour les constructeurs et les équipementiers de démontrer leurs talents. Cette année, il se révélera aussi par leur capacité à opérer un retour à l'essentiel. L'automobile, sous la double poussée des exigences environnementales et de l'évolution des clients, se simplifie.  

Editorial : au Mondial, des constructeurs automobiles en quête de sobriété heureuse ?
La Citroën Cactus est emblématique de cette nouvelle tendance de l'automobile simple.
© PSA

Nul ne sait si les dirigeants de l’automobile ont lu Pierre Rabhi, ce paysan philosophe qui, dans son livre "Vers la sobriété heureuse", prône la frugalité comme chemin vers le bonheur. Mais on pourrait facilement le penser en regardant les derniers modèles sortis des chaînes de fabrication des constructeurs. De la C4 Cactus à la success-story des Dacia Sandero ou Duster en passant par la Peugeot 308, un seul mot d’ordre semble avoir guidé leurs concepteurs : sim-pli-cit-é. Rompant avec des années d’inflation (en termes de poids, d’équipements et autres gadgets), le secteur automobile est en train de se convertir à la frugalité. Simplifier ? Cela veut dire concevoir une voiture plus intuitive, limiter le nombre d’options, épurer les lignes trop complexes, alléger les commandes trop nombreuses, faciliter la fabrication, favoriser la réparation…

réduire les émissions polluantes

"Easy to build. Easy to drive. Easy to fix." Si j’étais un consultant anglo-saxon, c’est ainsi que je résumerais le nouveau paradigme de l’automobile. Évidemment, le but ultime de ce mouvement, c’est le coût. Pour offrir des voitures moins chères aux clients, les constructeurs ont dû (ré-)apprendre à faire des voitures simples. Mais que l’on ne s’y trompe pas. Ce qui a engendré cette tendance de fond, c’est d’abord et avant tout la réglementation. Le fait de contraindre les constructeurs à réduire les émissions polluantes de leurs véhicules les a poussés à explorer (avec succès) la voie de la sobriété.

Les ingénieurs se sont pris au jeu

Ce qui est amusant, c’est qu’après avoir traîné des pieds pour s’engager sur ce chemin, les ingénieurs de l’automobile se sont vraiment pris au jeu. Comme le prouve notre dossier "L’automobile plus simple", réalisé à l’occasion du Mondial de l’automobile de Paris. "La simplicité, c’est une philosophie qui convient bien à un objet aussi complexe que l’automobile." Qui dit cela ? Pierre Rabhi ? Non. Laurens Van den Acker, le designer en chef de Renault. Un adepte visiblement de la sobriété automobile… heureuse !

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle