Edito : La trajectoire sinueuse du remdesivir

Article paru dans Chimie Pharma Hebdo n°926

Partager
Edito : La trajectoire sinueuse du remdesivir

Alors que les traitements contre le Covid-19 se font encore attendre, le remdesivir de Gilead pourrait être le premier médicament autorisé sur la maladie. Un résultat encore inespéré, il y a une semaine. Car l’antiviral développé par Gilead aura tout connu en quelques jours. De l’échec clinique cuisant à la rédemption, survenue depuis le bureau ovale de la Maison Blanche.

Le 23 avril, les résultats d’une étude clinique chinoise étaient diffusés par erreur sur le site de l’OMS. Les conclusions de l’étude sont lapidaires, pas de bénéfice clinique à utiliser le remdesivir dans les formes graves liées au Covid-19. Une nouvelle que Gilead s’est pressé de tempérer, soulignant que l’étude avait dû être interrompue de manière précoce, faute de nouveaux patients. Rapidement retirées du site de l’OMS, ces conclusions n’auront cependant pas manqué d’être commentées.

Nouveau coup de théâtre le 29 avril, avec une journée riche en rebondissements. Des résultats contradictoires sur le remdesivir ont ainsi été dévoilés en quelques heures, ajoutant un épais brouillard sur la seule conclusion qui compte : efficace ou pas, le remdesivir ? En début d’après-midi, dans une déclaration laconique, Gilead annonce des « données positives » sur un essai clinique de grande envergure, mené par le NIAID, une agence rattachée au ministère américain de la Santé.

Un peu plus tard dans l’après-midi, ce sont les résultats détaillés de l’étude chinoise, fuitée sur le site de l’OMS, qui tombent. Parue dans le prestigieux The Lancet, l’étude randomisée a inclus 158 patients traités avec le remdesivir, comparés à un groupe contrôle de 79 patients. Ces conclusions « qui ne montrent pas de bénéfices cliniques associés au remdesivir » sonnent comme un désaveu pour Gilead.

Mais c’est depuis Washington que sont arrivés, dans la soirée, les détails sur les fameuses « données positives » vantées par Gilead. Dans une prise de parole de plusieurs minutes, menée depuis un canapé du bureau ovale et sous les yeux de Donald Trump, le Dr Fauci est venu à la rescousse du remdesivir. L’épidémiologiste et conseil de la présidence dans la crise du coronavirus a ainsi dévoilé les conclusions de l’étude du NIAID, dont il est par ailleurs le directeur.

L’étude affiche de beaux atouts : menée en double aveugle, randomisée, avec un groupe contrôle et plus de 1 000 patients inclus, recrutés dans le monde entier. Les résultats sur la mortalité sont frustrants, puisque non significatifs statistiquement. L’enseignement majeur, mis en avant par le Dr Fauci, est un temps de guérison abaissé en moyenne de 15 jours à 11 jours pour les patients traités avec l’antiviral.

Avec ce résultat positif, la voie pour une autorisation du remdesivir par la FDA paraît dégagée. D’autres pays pourraient suivre, à commencer par le Japon, qui par la voix de son premier ministre, Shinzo Abe, s’est dit prêt à autoriser le remdesivir, dès qu’il serait approuvé dans un autre pays.

Derrière ce soutien de l’administration américaine envers son champion, difficile de ne pas voir également des portées plus géopolitiques. Dans un contexte tendu entre les États-Unis et la Chine, chaque réussite ou échec clinique pèse lourd. Et l’accès à un nouveau traitement devient un enjeu majeur. Et l’Europe dans tout ça ? Le remdesivir fait partie des molécules testées dans l’essai clinique Discovery. Les résultats, attendus courant mai, pourraient ajouter un épisode supplémentaire à la trajectoire sinueuse du remdesivir.

Sujets associés

NEWSLETTER Santé

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le Mans, capitale du son

Le Mans, capitale du son

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Olivier James nous emmène au Mans pour nous faire découvrir un écosystème surprenant : celui de l'acoustique. En quelques années, la...

Écouter cet épisode

Le design dans le monde d'après

Le design dans le monde d'après

L'ancien secrétaire d'Etat socialiste, Thierry Mandon, est président de la Cité du Design de Saint-Etienne. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il présente la Biennale...

Écouter cet épisode

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Viande in vitro, végétal... Frédéric Wallet dresse le menu de demain

Dans ce nouvel épisode de « Demain dans nos assiettes », notre journaliste reçoit Frédéric Wallet. Chercheur à l'Inrae, il est l'auteur de Manger Demain, paru aux...

Écouter cet épisode

La fin du charbon en Moselle

La fin du charbon en Moselle

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Cécile Maillard nous emmène à Saint Avold, en Moselle, dans l'enceinte de l'une des trois dernières centrales à charbon de...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

VILLE DE CALLAC

Technicien des Services Techniques H/F

VILLE DE CALLAC - 31/03/2022 - CDD - CALLAC DE BRETAGNE

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

75 - D'ANTIN RESIDENCES

Audit énergétique décret tertiaire

DATE DE REPONSE 17/06/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS