EDF vend sa part de la SNET à E.ON contre des droits de tirage en Allemagne

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

EDF vend sa part de la SNET à E.ON contre des droits de tirage en Allemagne

Echange de bons procédés entre les géants de l’énergie EDF et E.ON dans le cadre de la libéralisation du marché énergétique européen. L’Allemand atteint les 100 % du capital de sa filiale hexagonale SNET (Société nationale d’électricité et de thermique), en acquérant les 18,75 % d’EDF et les 16,25 % de Charbonnages de France (établissement public en liquidation depuis janvier 2008). Deux transactions payées en numéraire pour des montants non révélés.

Avec une capacité de production d’environ 2 800 MW, soit quatre centrales charbon (Hornaing 3, Saint-Avold Nord, Lucy et Gardanne Meyreuil), la SNET occupe la troisième position dans la production électrique française. Son chiffre d’affaires s’élève à 1,8 milliard d’euros. E.ON avait racheté en 2008 les 65 % de la SNET possédés par l’Espagnol Endesa.

Via sa filiale allemande EnBW (Energie Baden-Württemberg) détenue à 45 %, le groupe bientôt dirigé par Henri Proglio achète des droits de tirage de 800 MW sur le portefeuille nucléaire d’E.ON outre-Rhin et de 159 MW sur la centrale charbon de Buschhaus, ainsi qu’une participation majoritaire dans la centrale charbon de Rostock (256 MW). En ajoutant les capacités obtenues en mai dernier (445 MW à Lippendorf et 79 MW à Bexbach), également auprès d’E.ON, EnBW disposera de 1 740 MW supplémentaires en Allemagne.

Engagements d'E.ON et désendettement d'EDF

Le numéro 1 de l’énergie en Allemagne, qui acquiert aussi un droit de tirage de 800 MW que détenait EnBW sur le nucléaire français d’EDF, contribue ainsi à respecter ses engagements auprès de la Commission Européenne. En 2008, E.ON a promis de céder près de 5 000 MW de capacités de production d’énergie dans son pays, qui représente le plus gros marché énergétique en Europe (devant la France). Avec cette nouvelle opération, il a cédé au total 4 400 MW.

De son côté, EDF poursuit son programme de cession d’actifs visant à réduire son endettement net d’au moins 5 milliards d’euros à fin 2010. Pour rappel, EnBW, troisième énergéticien germanique après E.ON et RWE, est présent dans l’électricité, le gaz, les services énergétiques et ceux liés à l’environnement. Avec plus de 20 000 salariés, son chiffre d’affaires atteint 16 milliards d’euros.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS