L'Usine Energie

EDF sur le point de finaliser la cession de la moitié de RTE à la Caisse des Dépôts

Astrid Gouzik , ,

Publié le

Selon les informations du Figaro, le conseil d'administration d'EDF doit ce réunir mercredi 14 décembre pour valider la cession de 49,9% de RTE à la Caisse des Dépôts. 

EDF sur le point de finaliser la cession de la moitié de RTE à la Caisse des Dépôts © Philippe Put - Flickr - C.C.

La cession de Réseau de transport d'électricité (RTE), c’est un serpent de mer. Mais cette fois, selon les informations du Figaro, EDF et la Caisse des Dépôts et Consignations vont mettre fin au suspense. Le conseil d'administration de l’électricien français doit se réunir, le mercredi 14 décembre, pour valider la vente de 49,9% de sa filiale RTE à la CDC. La valorisation totale de RTE a été fixée à 8,45 milliards d'euros. EDF devrait percevoir un peu plus de 4 milliards d'euros.

RTE est le gestionnaire du réseau public de transport d'électricité en France métropolitaine. Il exploite, entretient et développe les lignes électriques à très haute tension. Ces activités en font un acteur stratégique pour lequel la législation impose que la totalité de son capital soit détenue par EDF, l'Etat ou d'autres entreprises ou organismes appartenant au secteur public. Dans le cadre de la cession à la CDC, cette obligation réglementaire sera respectée. Elle limitait fortement le nombre d’acquéreurs possibles pour la filiale d’EDF.

L’ouverture du capital de RTE s’inscrit dans un programme de cessions d’environ 10 milliards d’euros à l’horizon 2020 prévu par EDF pour réduire son endettement et financer d’importants investissements, en particulier le grand carénage et la construction controversée à Hinkley Point, en Grande-Bretagne, de deux réacteurs EPR.

Dès le départ, les syndicats d’EDF se sont montrés hostiles à la cession de RTE. Dans une lettre ouverte, la CFDT estimait que "l’ouverture du capital de RTE pourrait conduire, à terme, à sa sortie du groupe EDF", qui "ouvrirait la voie à une privatisation d’EDF". Car c’est l’intégration à EDF de RTE qui empêche la privatisation d’EDF, expliquait la lettre.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte