EDF: Stabilité au 1er semestre, trois ans de retard au moins pour Flamanville

PARIS (Reuters) - EDF a annoncé vendredi des performances opérationnelles globalement stables au premier semestre 2019, marqué notamment par des conditions de prix de marché favorables en France, et a confirmé l'ensemble de ses objectifs pour la période 2019-2020.
Partager
EDF: Stabilité au 1er semestre, trois ans de retard au moins pour Flamanville
EDF a annoncé vendredi des performances opérationnelles globalement stables au premier semestre 2019, marqué notamment par des conditions de prix de marché favorables en France. /Photo d'archives/REUTERS/Stéphane Mahé

L'électricien public français, dont l'Etat détient 83,5% du capital, a également fait savoir dans un communiqué qu'il n'envisageait pas de pouvoir mettre en service le réacteur nucléaire EPR de Flamanville avant fin 2022, soit avec trois ans de retard au moins.

Le groupe vise toujours pour l'exercice en cours un bénéfice avant impôts, charges financières, dépréciations et amortissements (Ebitda) compris entre 16,0 et 16,7 milliards d'euros.

EDF a également redit son intention d'atteindre une réduction de charges opérationnelles de 1,1 milliard d'euros en 2019 par rapport à 2015 et de dégager cette année un cash flow positif - toujours prévu supérieur à 600 millions - hors projet d'EPR britannique d'Hinkley Point et coûts liés au compteur communicant Linky.

Le groupe a dégagé à fin juin un résultat net part du groupe de 2,5 milliards d'euros (+44,7%), un résultat net courant de 1,4 milliard (-19,4%), un Ebitda de 8,3 milliards (+3,5% en variation brute, +0,1% en organique) et un chiffre d'affaires de 36,5 milliards (+4,3%).

En France, le groupe confirme son objectif de production nucléaire de 395 térawatts-heure (TWh) en 2019 (203,7 TWh à fin juin), en très légère hausse par rapport aux 393 TWh enregistrés en 2018.

Pour 2019-2020, EDF confirme que ses investissements nets totaux devraient atteindre environ 15 milliards d'euros par an, sous réserve des évolutions du planning et du coût de Flamanville, et maintient son objectif de céder pour 2 à 3 milliards d'actifs.

(Benjamin Mallet, édité par Catherine Mallebay-Vacqueur)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

78 - St Germain en Laye

Entretien de linge de table dans les bâtiments communaux

DATE DE REPONSE 04/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS