L'Usine Energie

EDF se désengage encore un peu plus du nucléaire américain

Elodie Vallerey , , ,

Publié le

A l'occasion de la publication de ses résultats trimestriels, l'énergéticien français EDF a annoncé son souhait de se désengager de Constellation Energy Nuclear Group (CENG), sa coentreprise avec l'américain Exelon dans le nucléaire.

EDF se désengage encore un peu plus du nucléaire américain © Pascal Guittet - L'Usine Nouvelle

Après des années de rebondissements clôturés en 2012 par le rachat de Constellation Energy Nuclear Group (CENG) par son concurrent Exelon, EDF met un nouveau coup d'arrêt à ses investissements dans le secteur nucléaire américain.

En marge de la publication de ses résultats trimestriels le 30 juillet, l'électricien public fait état de la signature d'un accord prévoyant une option de vente à son partenaire américain Exelon de sa participation de 49,99 % dans leur coentreprise CENG, qui exploite cinq réacteurs nucléaires aux États-Unis d'une puissance totale de 3,9 gigawatts.

Dans un communiqué, EDF indique qu'il déléguera l'exploitation opérationnelle à son coactionnaire Exelon et recevra un dividende exceptionnel de CENG de 400 millions de dollars.

Ses parts dans CENG pourront être cédées à Exelon à leur "juste valeur" entre janvier 2016 et juin 2022.

EDF n'est pas encore totalement désengagé du secteur nucléaire aux Etats-Unis. Le groupe français possède encore sa filiale Unistar, créée en 2007 afin de se positionner sur le segment de la construction de réacteurs nucléaires outre-Atlantique, mais sans grand succès pour le moment.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte