EDF prévoit une nouvelle baisse de son Ebitda en 2017

PARIS (Reuters) - EDF a annoncé mercredi s'attendre à une nouvelle dégradation de son excédent brut d'exploitation en 2017, pour la deuxième année consécutive, tout en confirmant son intention de lancer au premier trimestre une augmentation de capital d'environ quatre milliards d'euros.
Partager

Le premier producteur français d'électricité, dont l'Etat détient 85,6% du capital, prévoit pour l'année prochaine un bénéfice avant impôt, charges financières, dépréciation et amortissement (Ebitda) compris entre 13,7 et 14,3 milliards d'euros, après celui de 16,0 à 16,3 milliards attendu cette année.

EDF a expliqué cette dégradation par la baisse des prix de marché en France et au Royaume-Uni par rapport à 2016 et par les volumes souscrits dans le cadre du mécanisme de l'Arenh (Accès régulé à l'électricité nucléaire historique) de revente d'une partie de sa production nucléaire à ses concurrents.

Dans un communiqué, le groupe a cependant souligné que son Ebitda 2018 "devrait être en croissance sensible par rapport à 2017, et ce d'autant plus si les prix de gros de l'électricité sont bien orientés".

Selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, les analystes attendaient jusqu'ici en moyenne un Ebitda de 15,8 milliards d'euros en 2017 et de 16,3 milliards en 2018.

Le groupe a en parallèle confirmé son intention de soumettre d'ici à la fin du premier trimestre 2017 à son conseil d'administration, si les conditions de marché le permettent, une augmentation de capital d'environ quatre milliards d'euros à laquelle l'Etat s'est engagé à participer à hauteur de trois milliards.

Il a aussi signé mercredi la cession de 49,9% du capital de la filiale RTE à la Caisse des dépôts (CDC) et CNP Assurances, sur la base d'une valorisation de 8,2 milliards d'euros pour 100% des fonds propres revue à la baisse par rapport aux 8,45 milliards du projet annoncé en juillet, bien qu'EDF puisse désormais éventuellement bénéficier d'un "complément de valeur" pouvant atteindre 100 millions.

Cette opération, ainsi que d'autres ventes d'actifs en cours, lui permettront de réaliser dès 2017 environ 70% de son objectif de cessions d'au moins 10 milliards d'euros sur la période 2015-2020.

EDF a également confirmé son objectif de baisse de charges opérationnelles d'un milliard d'euros en 2019 par rapport à 2015 et s'est dit "mobilisé" pour atteindre son ambition de cash-flow positif en 2018 après dividendes (hors compteur Linky, nouveaux développements et cessions d'actifs).

(Marc Angrand et Benjamin Mallet)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Vendre la Joconde, chiche !

Vendre la Joconde, chiche !

Nouveau

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Stéphane Distinguin, auteur de "Et si on vendait la Joconde" sorti ce 19 janvier 2022 aux éditions JC Lattés, répond aux questions...

Écouter cet épisode

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS