EDF pourrait prendre le contrôle des activités réacteurs d'Areva

EDF serait prêt à prendre une participation majoritaire dans l'activité réacteurs d'Areva, révèlent ce 27 mars Les Echos et Le Figaro dans leur Une. Le gouvernement devrait recevoir leur proposition la semaine prochaine. 

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

EDF pourrait prendre le contrôle des activités réacteurs d'Areva

Plombé en 2014 par des pertes nettes abyssales de 4,8 milliards d'euros, Areva est en très mauvaise posture, d'autant que c'est là sa quatrième année dans le rouge. Pour sauver le groupe, le gouvernement a évoqué plusieurs pistes, notamment celle d'un rapprochement du spécialiste du nucléaire avec EDF, pour redonner du poids à la filière en France et à l’international.

Cette idée a fait son chemin : comme l'indiquent le 27 mars Le Figaro et Les Echos dans leur Une, l'électricien serait prêt à prendre une participation dans tout ou partie de l'activité réacteurs d'Areva (Le Figaro cite des sources concordantes), soit le périmètre de l'ex-Framatome. Cette activité regroupe "l'ingénierie des réacteurs et la fabrication des composants nécessaires aux centrales", détaille Les Echos.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

la partie n'est pas jouée d'avance

Les discutions entre les deux groupes se seraient nettement accélérées. Ils pourraient, selon le Figaro, "soumettre leur proposition à l'Etat la semaine prochaine". Cette étape est essentielle dans le processus qui doit permettre de boucler le plan de redressement d'Areva en juillet. Mais la partie n'est pas jouée d'avance : il n'est pas garanti que l'Etat donne son accord, même si le ministre de l'Economie Emmanuel Macron serait plutôt favorable à cette solution d'intégration verticale.

Retrouvez ici notre article : Areva, vers une scission entre Cogema et Framatome... comme avant 2001

EDF aurait posé des conditions à cette opération, "au premier rang desquelles une prise de participation 'majoritaire' de ces activités", souligne Les Echos. Si cette prise de contrôle a effectivement lieu, Areva se recentrera sur son activité combustibles. D'autres pistes sont encore à l'étude, comme un rapprochement entre les deux groupes limité à l'ingénierie des réacteurs, qui aurait, selon Les Echos, la préférence d'Areva.

Lélia de Matharel

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS