EDF pourrait arrêter les deux réacteurs de sa centrale nucléaire de Chooz à cause de la sécheresse

La sécheresse risque de perturber l'activité de la centrale nucléaire de Chooz dans les Ardennes. À cause du faible débit de la Meuse, EDF pourrait arrêter un ou deux réacteurs à partir du 19 août.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

EDF pourrait arrêter les deux réacteurs de sa centrale nucléaire de Chooz à cause de la sécheresse
Une vue aérienne de la centrale nucléaire de Chooz dans les Ardennes.

EDF pourrait arrêter les réacteurs de sa centrale nucléaire de Chooz (Ardennes), en raison des épisodes de sécheresse récents qui ont fait baisser le débit et le niveau de la Meuse. L'unité 2 est particulièrement concernée et pourra être arrêtée "en fonction de l'évolution des prévisions météorologiques et du redémarrage de la tranche 1", précise l'électricien français à L'Usine Nouvelle.

Un accord transfrontalier avec la Belgique

D'un maximum de 1500 MW, la puissance du deuxième réacteur doit être réduite à 450 MW le 19 août à 20 heures, jusqu'au 20 août à 17h30. Par la suite, et jusqu'au 1er septembre, celle-ci pourra être arrêtée en fonction de l'état de la Meuse.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

"Un accord transfrontalier entre la France et la Belgique détermine les seuils de débit d'eau de la Meuse pour permettre aux utilisateurs belges (industriels, acteurs du tourisme, collectivités locales, etc.) de disposer en permanence d'une ressource en eau suffisante pour le fonctionnement de leurs installations ou de leurs activités", explique EDF. "Selon les modalités de cet accord, si le débit de la Meuse baisse en-dessous de ces seuils, des mesures sont prises pour limiter le fonctionnement des installations industrielles françaises, et conserver ainsi un niveau de débit suffisant pour les usages propres des utilisateurs belges", ajoute l'entreprise. L'accord transfrontalier prévoit donc l'arrêt d'un réacteur, voire deux, si le débit de la Meuse reste trop faible sur plusieurs jours.

Hausse de la température de la Meuse

La centrale utilise l'eau du fleuve pour refroidir ses réacteurs. Le département des Ardennes a cependant été placé en état d'alerte sécheresse par les autorités. Lors des épisodes caniculaires, EDF doit également surveiller la température des fleuves où il prélève de l'eau. Pour des raisons de protection environnementale, l'électricien ne peut pas utiliser une eau trop chaude. Le 19 août, la température de la Meuse aurait atteint les 22,5°C selon l'agence Montel News, soit 3,5°C de plus que la normale.

Le réacteur Chooz 1, également d'une puissance de 1500 MW, est à l'arrêt depuis la fin février pour sa visite décennale, durant laquelle plusieurs opérations ont eu lieu, comme le rechargement de son combustible ou encore la modification et la maintenance du matériel. Son redémarrage est prévu mercredi 19 août à 23 heures.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS