EDF ne se presse pas pour payer les producteurs d’électricité photovoltaïque

Le groupement des particuliers producteurs d’électricité photovoltaïque (GPPEP) alerte les autorités, mardi 21 février. Nombreux sont ceux qui attendent depuis près d’un an le règlement de leur facture.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

EDF ne se presse pas pour payer les producteurs d’électricité photovoltaïque

"Au plus fort des retards, cela ne concernait que 5% des contrats", assure un porte-parole d’EDF, contacté par L’Usine Nouvelle. Soit plus de 10 000 particuliers producteurs d’électricité photovoltaïque qui attendent leur contrat afin de pouvoir établir une facture pour EDF.

EDF a en fait été victime de son succès trop rapide et l’électricien s’est donc laissé déborder par les demandes. "Fin 2009, nous avions 10 000 demandes de contrats. Fin 2011, le nombre a grimpé à 230 000. Nous avons pourtant multiplié nos effectifs et déployer des moyens techniques conséquents mais cela n’a pas été suffisant", justifie EDF.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Des arguments jugés recevables par le GPPEP : EDF "qui élabore les contrats d’achat et paye les factures des producteurs d’électricité photovoltaïque, semble faire au mieux de ses possibilités", explique l’association dans un communiqué.

Mais elle reste pragmatique. Les conséquences de ces retards de paiement sont lourdes pour les particuliers. En effet, la grande majorité d’entre eux contracte des emprunts pour acheter le matériel et procéder à son installation. Mais ne recevant pas le paiement de leur production dans les délais prévus, ils ne peuvent couvrir les échéances de leurs prêts.

Et ce n’est pas la seule difficulté à laquelle ces particuliers se lançant dans la production d’énergie solaire sont confrontés. Depuis plusieurs mois, ils pâtissent largement du coup de mou de la filière photovoltaïque. "La moitié de la filière environ a été décimée l’année dernière", explique Joël Mercy, président du GPPEP. "Il s’agit à la fois de producteurs de panneaux et d’installateurs. Les particuliers s’inquiètent donc aujourd’hui de savoir quelles vont être les répercussions sur eux. En effet, si un producteur fait faillite, les panneaux ne sont plus sous garantie. De la même façon, lorsqu’apparaît un problème sur l’installation, si le professionnel a mis la clé sous la porte, n’importe qui ne peut pas intervenir pour réparer", avertit Joël Mercy.

Compte tenu de ces difficultés, est-ce que cela vaut toujours le coup d’investir dans les renouvelables ? "Absolument ! Malgré tout cela, nous continuons à avoir foi dans le solaire", soutient-il. D’autant plus qu’EDF promet de régler le problème au plus vite, "avant la fin du 1er semestre 2012". Le groupe a également mis en ligne une page de conseils à destination de ses clients afin de les aider à établir leur facture et à être rapidement payés.

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS