Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Energie

EDF n'enclenchera pas le processus de fermeture de Fessenheim, malgré la pression du gouvernement

, ,

Publié le , mis à jour le 15/06/2016 À 14H58

Vu sur le web La direction d'EDF aurait décidé de ne pas fermer le site de Fessenheim pour le moment, avance Le Monde d'après des sources concordantes. Le bras de fer pour que la plus vieille centrale nucléaire française cesse de fonctionner dure depuis des mois entre le gouvernement et l'énergéticien. La fermeture du site du Haut-Rhin était l'une des promesses de campagne de François Hollande.

EDF n'enclenchera pas le processus de fermeture de Fessenheim, malgré la pression du gouvernement © L'Usine Nouvelle

Le processus de fermeture de Fessenheim devra attendre. EDF n'a pas l'intention de ceder sous la pression du gouvernement, explique Le Monde d'après des sources concordantes. Pourtant, la ministre de l'Ecologie, Ségolène Royal, lutte depuis de longs mois avec l'énergéticien, en déposant avant la fin du mois de juin une demande d’abrogation de l’autorisation d’exploiter le site. La situation devrait être expliquée aux salariés le 16 juin lors d'un comité central d'entreprise.

Principale raison : EDF recevrait une indemnisation beaucoup plus faible que prévu pour compenser la fermeture anticipée de Fessenheim. Un courrier de Ségolène Royal adressé au patron de l'électricien français, Jean-Bernard Lévy, évoquerait une somme comprise entre 80 et 100 millions d'euros selon les scénarios retenus. Une information confirmée par "quatres sources au fait du dossier", précise le quotidien du soir.

Une indemnisation 20 à 50 fois inférieure

La fermeture de Fessenheim, plus ancienne centrale française en activité avec une entrée en service en 1977, faisait partie des promesses de campagne de François Hollande avant son élection en 2012. Un rapport remis en septembre 2014 par les députés Marc Goua (PS) et Hervé Mariton (LR) estimait à 4 milliards d'euros l'indemnisation que pourrait recevoir EDF, rappelle Le Monde. Mais Ségolène Royal avait contesté ce rapport, évoquant des "calculs farfelus" visant à contrer ce projet de fermeture.

D'autres analyses ont depuis évoqué des sommes comprises entre 2,5 et 3 milliards d'euros, EDF s'attendant au minimum à recevoir 2 milliards en compensation. L'indemnisation comprise entre 80 et 100 millions d'euros serait donc entre 20 et 50 fois inférieure à ce quattendait l'électricien et Jean-Bernard Lévy s'apprêterait à répondre à la ministre de l’environnement et de l’énergie pour lui demander de se rencontrer à ce sujet.

Réagir à cet article

6 commentaires

Nom profil

16/06/2016 - 01h51 -

80 millions?? Crache leur à la gueule ça fera le même effet. De toute façon ils vont les forcer en faisant sauter le permis d'exploitation. Elle à de suite dans les idées la Ségolène ! En plus c'est tout bénef puisque c'est EDF qui veut pas fermer. (Les salauds) Donc si ça ferme, victoire du gouvernement. Si ça ferme pas c'est EDF les méchants pollueurs? Génial.
Répondre au commentaire
Nom profil

15/06/2016 - 21h03 -

Levy, un incapable viré de partout .. EDF un fief de syndicats payés pour se mettre en grève .. et tout ce joli monde qui refuse d'obéir à l'Etat .. la France est au fond du trou ..
Répondre au commentaire
Nom profil

06/08/2016 - 08h34 -

EDF n'a pas à "obéir à L’État", et encore plus quand celui lui demande d'investir dans un parc nucléaire (sans y injecter de capital, ce qui est surprenant de la part d'un actionnaire) puis lui demande de l'arrêter prématurément. Seule la loi de Transition Energétique, créée sur mesure pour pouvoir arrêter Fessenheim le permettra, mais seulement au démarrage de l'EPR fin 2018, c'est à dire sous un autre gouvernement qui sera, souhaitons-le, moins corrompu. Notons que le gouvernement "de gauche" actuel a tout fait pour saborder l'entreprise publique, ses emplois et surtout un outil industriel que nous envient la plupart des grands états, car il est fiable et produit un kWh 40% moins cher que la moyenne européenne. Le "bridage" des tarifs de l'électricité, à un niveau qui oblige EDF à vendre actuellement à perte, en est la dernière manifestation. Si EDF fait faillite, d'autres entreprises européennes occuperont le créneau de l'électricité, en vendant évidemment au prix de marché.
Répondre au commentaire
Nom profil

21/05/2016 - 12h55 -

Le but des 80 à 100 millions d'euros proposés par l'Etat est d'indemniser EDF pour le préjudice subi. Tout dépend donc du mode de calcul de ce préjudice. Quelques chiffres pour avoir les idées claires : - En supposant que cette centrale aurait continué à produire pendant 25 ans (EDF aurait voulu 30) à 35€/MWh (hypothèse conservative) avec un taux de charge de 80%, la fermer maintenant prive EDF d'environ 11 milliards d'euros de chiffre d'affaire. - EDF a déjà investi de l'ordre de 400 millions d'euros pour prolonger la vie de la centrale, et dans le cadre du post-Fukushima.
Répondre au commentaire
Nom profil

16/06/2016 - 07h13 -

Oui Bachoubouzouc, EDF a investit... Moi j'ai fait pareil, ma vieille Mercedes des années 80 a été chez le garagiste pour passer le contrôle technique mais ça passe pas. En plus coté sécurité pas d'Airbag etc. Donc bonne pour la casse, comme la vieille centrale prévue initialement pour durer 20 ans. La DLC est bel et bien dépassée. Pour tant elle roulait (jusqu'au jour où ?)
Répondre au commentaire
Nom profil

21/05/2016 - 12h52 -

@ Maxime: Il s'agit d'une compensation pour fermeture anticipée, pas d'une enveloppe pour démanteler la centrale. Mais notre chère ministre est très forte pour faire des chèques, rappelons nous de la gabegie des portiques d'autoroute de l'ecotaxe.
Répondre au commentaire
Nom profil

20/05/2016 - 16h48 -

Pas grave et comme d’habitude, ce sont les français qui vont payer. Pour que ça nous coûte moins cher, je propose que : - le salaire de Levy qui n’a pas été gardé partout où il a traîné ses bottes peu de temps (il y a bien une raison), soit ramené à 4 000 euros par mois tout compris, - que la totalité des salariés EDF qui ne paient pas leur électricité depuis des décennies et dépensent sans compter aux frais de leurs petits camarades que nous sommes, commencent à la payer sans exonération possible. Facultatif : avec paiement de leur retard en la matière sur les 5 ans passés. Ce serait un bon début.
Répondre au commentaire
Nom profil

27/05/2016 - 13h24 -

Bonjour, Concernant le tarif agent, il faut savoir qu'il y a bien une cotisation par mois (même s'il est vrai qu'elle est plutôt faible), mais que cet avantage est considéré comme "avantage en nature" et que par conséquent, ça se retrouve dans sa déclaration d'impôts. A la fin de l'année le bénéfice n'est donc pas si avantageux que ça...C'est surtout l'Etat qui s'y retrouve... Comparons donc cet avantage à d'autres, comme par exemple la prime de chauffage indexée sur le court du pétrol de nos politiciens ou d'autres entreprises. A savoir qu'EDF est une entreprise privée et que par conséquent une fermeture anticipée ordonnée par l'état necessite dédommagement, comme Bachoubouzouc l'a évoqué. (imaginez qu'il s'agisse de votre usine). PS: Je ne suis ni agent ni travailleur EDF.
Répondre au commentaire
Nom profil

15/06/2016 - 17h03 -

Bonjour, Les gens de chez EDF sont imposés sur leurs avantages en nature..... Au lieu de voir ce qu'il y a de mieux chez les autres, prenez votre stylo et essayez de postuler pour venir travailler chez EDF.... Se sera plus intelligent....
Répondre au commentaire
Nom profil

20/05/2016 - 15h15 -

Suis-je le seul à trouver ces chiffres choquant? On nous vante une électricité nucléaire peu chère, et derrière ça veux 4 Milliards d'euro pour démanteler une unité de production de 1,8GW ? Qui de plus, est censée être déjà amortie en presque 40 années d'exploitation... ça fait tout de même du 2,2 million d'euro le MW !!
Répondre au commentaire
Lire la suite
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle