Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Le PDG d'EDF confirme un nouveau retard pour l'EPR de Flamanville

, , , ,

Publié le , mis à jour le 19/06/2019 À 07H31

La mise en service de l'EPR de Flamanville (Manche) est à nouveau retardée et cela est confirmé par le PDG d'EDF mardi 18 juin. La reprise de certaines soudures du réacteur nucléaire est à l'origine de ce nouveau délai. 

Le PDG d'EDF confirme un nouveau retard pour l'EPR de Flamanville
Jusqu'à présent, le chargement du combustible sur le site de Flamanville était officiellement prévu pour la fin de l'année 2019.
© Ludovic Dupin

EDF a confirmé mardi 18 juin que la reprise de certaines soudures de l'EPR de Flamanville (Manche) se traduirait par un nouveau retard dans la mise en service du réacteur nucléaire. Jusqu'à présent, le chargement du combustible sur le site était officiellement prévu pour la fin de l'année 2019. Des anomalies, constatées sur le site dès 2017, compliquent toutefois le calendrier et le coût du projet.

"Il ne faut pas noircir le tableau", tempère Jean-Bernard Lévy

"Nous allons avoir du retard à cause de la reprise de ces soudures", a déclaré Jean-Bernard Lévy, le PDG du groupe lors d'une conférence organisée par Le Club Les Échos. "Nous sommes clairement dans la phase de réapprentissage [de construction de centrales nucléaires] mais il ne faut pas non plus noircir le tableau", a tempéré le patron d'EDF.

"En France, nous avons rencontré de nombreux obstacles, a ajouté Jean-Bernard Lévy. Nous avons un EPR en Chine qui fonctionne parfaitement bien. Nous avons recommencé à construire des centrales nucléaires il y a une dizaine d'années après s'être arrêté pendant 15 ans". Construit par le Chinois CGN avec EDF, l'EPR de Taishan produit commercialement de l'électricité depuis le 13 décembre 2018.

Soudures défectueuses sur le réacteur

En avril, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) avait annoncé qu'un groupement d'experts avait recommandé qu'EDF répare les soudures défectueuses les plus problématiques du réacteur. Au départ, EDF n'avait pas prévu d'effectuer ces réparations, jugeant qu'elles ne posaient pas de problème de sûreté.

L'ASN doit se prononcer sur ce dossier courant juin. "Le calendrier et le coût de construction de l'EPR de Flamanville sera effectué après la publication de l'avis de l'ASN, attendu dans quelques semaines", a indiqué l'électricien français.

Avec Reuters (Catherine Mallebay-Vacqueur, édité par Marc Angrand)

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle