EDF: le milliard perdu

Partager
EDF: le milliard perdu

« Qui veut perdre des millions », raillait le député UMP Claude Birraux, en marge de l’audition d'EDF par l'Office parlementaire de l'évaluation des choix scientifiques et technologiques le 16 décembre dernier. En ironisant sur la gestion d’EDF, Claude Birraux aura sans doute encore du grain à moudre lors de la présentation des résultats du groupe jeudi. Récemment, le groupe évaluait chaque journée d’arrêt d’une centrale à 1 million d’euros. Selon la CGT, les centrales ont cumulé 1 360 jours d’arrêts non prévus en 2009. A 1 million d’euros par jour, c’est donc 1,36 milliard d'euros de manque à gagner pour EDF. Un chiffre relativement confirmé lors de l'annonce des résultats par Daniel Camus, l'argentier du groupe : le coefficient de disponibilité des centrales nucléaires, au plus bas à 78%, a causé un «manque à gagner d'un milliard d'euros», a-t-il fait savoir.

Ces jours d'arrêts imprévus sont souvent imputés aux grèves qui ont émaillé l’année. Or Philippe Thorion, dirigeant d'EDF, chiffrait le coût des celles-ci à 38 TWh, soit environ 80 millions d'euros de manque à gagner. Comparées au milliard, les grèves seraient donc responsables de seulement 5 % de ces arrêts. Le reste ? Les conséquences d’une politique low-cost affirme la CGT, en phase avec Claude Birraux. Politique de maintenance en tranches offertes aux moins-disants, manque de formations des techniciens et des ingénieurs, etc.

Pour revenir sur le million d’euro de manque à gagner d’EDF par jour d’arrêt, l’électricien évalue le coût de l'arrêt du réacteur n°1 de Flamanville à 22 millions d’euros pour… 145 jours. 20 millions d'euros pour l’arrêt de tranche, auxquels se sont additionnés plus de 2 millions d'euros d'intervention imprévue pour remplacer un bouchon du générateur de vapeur. Des chiffres visiblement incohérents avec le million d’euros par jour d’arrêt. On suppose dès lors qu'aux 22 millions de dépenses sèches s'ajoute une centaine de millions d'euros de manque à gagner lié à l'électricité non produite de manière imprévue, l'arrêt de tranche était censé durer 47 jours et demi. « Vous poserez la question lors de la présentation des résultats », nous-a-t-il été répondu. Nous n’y avons pas manqué, sans succès.

Mais nous ne manquerons pas non plus de surveiller la méthode envisagée par EDF pour réduire sa dette de 36,8 milliards d’euros, sans augmenter ses tarifs d’ici à 2015. Le groupe jure qu’il n’en est pas question. Réponse bientôt ?

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ORANO

Ingénieur(e) Calculs Mécaniques F/H

ORANO - 21/01/2023 - CDI - Montigny-le-Bretonneux

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

30 - CC RHONY VISTRE VIDOURLE

Fourniture et acheminement de gaz

DATE DE REPONSE 02/03/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS