EDF, Internet, LVMH, Unilever... Toute l'actualité du 26/11/2001

Partager

Un bon point pour EDF : malgré sa situation de monopole sur le marché domestique, EDF pratique des prix parmi les plus faibles des grands pays européens, affirment Les Echos. Seule l'Espagne fait mieux, indique une étude de l'Eepo (Observatoire européen des prix de l'électricité). Les prix aux particuliers sont nettement moins élevés qu'en Allemagne ou en Grande-Bretagne, où le secteur est déjà ouvert à la concurrence. Pour les petits industriels, EDF est dans le bas de la fourchette, et pour les très gros consommateurs, le français est en tête des tarifs les moins chers.

Powernext, la bourse française de l'électricité, démarre aujourd'hui. Il s'agit en fait d'un outil pour les opérateurs, qui pourront écouler sur le marché leur électricité superflue, ou au contraire acheter celle qui leur manque pour répondre à la demande de leurs clients. Le volume des transactions devrait atteindre l'an prochain 3% de la consommation nationale, précise La Tribune.

Nec s'apprête à commercialiser le premier téléphone mobile qui fonctionne à la fois sur les réseaux actuels et les réseaux de troisième génération. Le nouvel appareil, développé avec Matsushita, sera proposé aux opérateurs au début de 2002. Ce type de téléphones mobiles est indispensable au lancement des services de téléphonie de 3ème génération, souligne le Financial Times.

Electronique : Infineon compte sur la remontée du prix des mémoires. L'allemand, qui a accusé des pertes et une baisse de ses ventes, constate une hausse des prix des mémoires DRAM depuis moins de deux semaines, et espère que la résorption des stocks va confirmer cette tendance, indiquent Les Echos.

Internet : le haut débit ne fait l'unanimité. Selon La Tribune, les opérateurs et équipementiers ne sont pas tous persuadés que l'avenir de leur marché passe par la généralisation des accès à haut débit. En France, 6,4% des foyers ont un accès rapide, aux Etats-Unis, 16%. Mais tandis qu'Alcatel croit à un marché de masse, AOL estime que le haut débit restera un marché restreint, et que la conquête du grand public passe plutôt par de nouvelles offres de contenus.

Les grandes manœuvres vont reprendre dans le tabac, annoncent Les Echos. Après la fusion entre Seita et l'espagnol Tabacalera (aujourd'hui Altadis), et l'acquisition de Austria Tabak par le britannique Gallaher, c'est l'allemand Reemtsma, n°4 mondial des cigarettes, qui est convoité par Altadis, mais aussi par Imperial Tobacco, Japan Tobacco, et Gallaher.

Luxe : LVMH prend le contrôle de la société italienne Fendi et de ses 83 magasins de prestige. Pour 295 millions d'euros, le français a repris la part détenue par l'italien Prada.

Unilever pourrait créer un fonds de capital risque pour favoriser le développement d'idées prometteuses, mais qui ne font pas partie de son activité principale (alimentation et cosmétiques). Unilever a essayé de monter des start-up " maison ", mais sans grand succès, rappelle le Financial Times. Nestlé, grand rival d'Unilever, a récemment créé un fonds d'investissement scientifique et technologique, pour développer des innovations dans des domaines comme la génomique et l'emballage.

Difficile de mesure l'importance de l'expérience de clonage d'un embryon humain, réalisée aux Etats-Unis par Advanced Cell Technology. Les chercheurs ont réussi à produire des cellules souches (à l'origine de tous les organes du corps) à partir du transfert d'un noyau dans un ovule, avec des visées -disent-ils- purement thérapeutiques (produire à terme des tissus de remplacement). La nouvelle a créé un certain choc, notamment aux Etats-Unis où le débat sur le clonage bat son plein. Mais si la recherche sur les cellules souches est encore balbutiante, cela n'empêche pas les " spécialistes " d'avancer des chiffres de marché : 10 à 50 milliards de dollars dans 5 à 10 ans, pour les médicaments issus de ces recherches. C'est dans La Tribune.

A demain !

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS