Quotidien des Usines

EDF EN supervisera depuis Nantes ses parcs éoliens offshore

, , , ,

Publié le

L'énergéticien EDF énergies nouvelles, qui a déjà gagné trois parcs éoliens français sur cinq, installera son centre de supervision à Nantes (Loire-Atlantique), près du futur centre de recherche énergies marines d'Alstom.

EDF EN supervisera depuis Nantes ses parcs éoliens offshore
Eolienne Haliade 150
© Alstom

EDF énergies nouvelles installera à Nantes (Loire-Atlantique) le futur centre de supervision de ses parcs éoliens en mer. Le consortium piloté par l'énergéticien en a déjà gagné trois au large des Pays de la Loire et de la Normandie. C'est Yvon André, patron d'EDF EN, qui l'a annoncé le 13 février lors du colloque EMR (énergies marines renouvelables) qui se tenait à Nantes.

Ce centre de haute technologie, fort de 50 à 60 salariés, aura pour vocation de contrôler, à distance, en continu et en temps réel, la performance de l'ensemble des parcs et d'anticiper ainsi les interventions liées à leur exploitation et leur maintenance. Ce centre devrait se situer à proximité du centre d'ingénierie d'Alstom, lequel s'installera sur le pôle Technocampus, sur la commune de Bouguenais, en périphérie de Nantes.

Alstom est le constructeur de l'Haliade 150, éolienne marine qu'EDF EN a choisi pour ses parcs. Une telle proximité vise à mutualiser les retours d'expériences entre les équipes d’exploitation et de maintenance d'EDF EN et les ingénieurs d’Alstom.

3 500 emplois directs et indirects

Les contours de cet investissement restent à définir mais il contribue à consolider encore la filière. Selon Christophe Clergeau, vice-président chargé du développement économique à la région Pays de la Loire, cette filière va générer à terme 3 500 emplois directs et indirects localement. "Avec 200 salariés au travail chez STX France sur les activités EMR, la région est d’ores-et-déjà le premier pôle industriel EMR français, estime cet élu. La première sous-station électrique, produite par STX, est déjà destinée à l’export. La production des cinq Haliade 150 pour les Etats-Unis va alimenter le plan de charge des 300 salariés des deux futures usines Alstom à Saint-Nazaire, avant même que celles-ci ne produisent pour les parcs français."

"La décision d’Alstom d’implanter son centre d’ingénierie (200 emplois) à proximité du Technocampus Océan (300 emplois), les choix d’EDF EN de Saint-Nazaire pour implanter son hub d’assemblage logistique pour les éoliennes en mer (150 emplois) et à présent de Bouguenais pour localiser son centre de supervision en France... Tout cela donne une taille critique nécessaire à l’émergence d’une filière compétitive", analyse Christophe Clergeau.

Emmanuel Guimard

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte