Pour démarrer Flamanville, EDF doit résoudre le problème de soudures, dit l'ASN

L'Autorité de sûreté nucléaire a indiqué ce 28 février qu'EDF ne serait pas autorisé à démarrer le réacteur EPR de Flamanville, en Normandie, tant que les solutions proposées pour résoudre le problème de soudures détecté il y a quelques jours n'auraient pas reçu son feu vert.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Pour démarrer Flamanville, EDF doit résoudre le problème de soudures, dit l'ASN
À Flamanville. L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a indiqué mercredi qu'EDF ne serait pas autorisé à démarrer le réacteur EPR de Flamanville, en Normandie, tant que les solutions proposées pour résoudre le problème de soudures n'auraient pas reçu son feu vert. /Photo d'archives/REUTERS/Benoit Tessier

Le problème de soudures détecté il y a quelques jours à Flamanville pourrait avoir un impact sur le calendrier de démarrage de l'EPR. C'est ce qu'une porte-parole de l'ASN a déclaré à l'agence Reuters mercredi 28 février. La semaine dernière, EDF a fait savoir que 38 des 66 soudures dans le circuit secondaire d'évacuation de la vapeur de l'EPR étaient concernées par des écarts de qualité. Le groupe public avait toutefois assuré que ces écarts de qualité n'étaient pas de nature à affecter l'aptitude au service des équipements, ni le calendrier ou le coût du réacteur nucléaire.

Mais pour examiner les solutions proposées par EDF et donner son feu vert au démarrage du réacteur, l'ASN dit attendre un rapport complet de l'énergéticien public sur ce problème de soudures. La porte-parole de l'ASN a estimé peu probable que ce rapport soit transmis avant l'été.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Selon EDF, le problème détecté est un écart avec les exigences de conception, de fabrication et de suivi en service voulues par EDF, qui seraient plus exigeantes que les normes en application. Le groupe précisait il y a quelques jours que "ces tuyauteries sont bien conformes à la réglementation des équipements sous pression nucléaire" et "ces circuits sont aptes à assurer leur mission en toute sûreté".

Toutefois, EDF s'interrogeait sur l'application de son exigence dite de "haute qualité" puisque les renforcements souhaités au niveau de la conception n'ont pas été correctement prescrits aux fournisseurs pour la réalisation des soudures des lignes vapeur principales. D'autant plus qu'EDF a détecté un problème dès 2015 sur des soudures réalisées en usine puis en 2017 sur des soudures réalisées sur le chantier de la centrale nucléaire.

avec Reuters

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS