Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

EDF devra probablement réparer les soudures de l'EPR de Flamanville, confirme l'ASN

, , , ,

Publié le

EDF va certainement devoir réparer les soudures défectueuses du réacteur EPR de Flamanville (Manche), a déclaré ce 7 juin Pierre-Franck Chevet, le président de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), précisant que ces travaux devraient durer "quelques mois" au moins.

EDF devra probablement réparer les soudures de l'EPR de Flamanville, confirme l'ASN
EDF va certainement devoir réparer les soudures défectueuses du réacteur EPR de Flamanville (Manche), a déclaré jeudi Pierre-Franck Chevet, le président de l'ASN. /Photo d'archives/REUTERS/Benoît Tessier
© Benoit Tessier

EDF a fait savoir fin mai que l'instruction du dossier des défauts de soudures de Flamanville se poursuivrait encore "quelques semaines" et que ces défauts pourraient le conduire à reporter le démarrage du réacteur, prévu fin 2018, potentiellement jusqu'à l'été 2019. Le groupe avait révélé ces défauts en avril, indiquant alors qu'il inspecterait les 150 soudures de tuyauteries du "circuit secondaire principal" de l'EPR de Flamanville - servant à évacuer la vapeur produite dans le générateur de vapeur vers la turbine puis à ramener de l'eau vers le générateur.

L'électricien public devait à l'origine réaliser ces contrôles d'ici à fin mai et se prononcer ensuite sur l'impact des défauts de soudures sur le calendrier et le coût de l'EPR.

35% des soudures défectueuses

"Je n'ai pas encore le bilan global de ces contrôles (...), je pense que c'est imminent. D'après les indications, il y a à peu près 35% des soudures qui ont des défauts", a précisé Pierre-Franck Chevet lors d'une audition à l'Assemblée nationale. "De manière à peu près évidente, il va falloir les réparer ; ces défauts n'auront pas vocation à rester. Et il reste le sujet des caractéristiques mécaniques du matériau lui-même (...), même sans défaut, qui ne sont pas exactement à la hauteur attendue, et (ce sujet-là) est nettement plus compliqué", a-t-il ajouté devant la commission d'enquête sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires.

"J'ai le sentiment que sur les défauts détectés - je n'ai pas dit que c'était la fin de ce qu'on demanderait -, ça doit être quelques mois de travail (...) a minima", a également dit Pierre-Franck Chevet.

Bugs en série

A ce stade, le chargement du combustible de l'EPR de Flamanville - qui doit coïncider avec la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim (Haut-Rhin) - reste officiellement prévu pour fin décembre 2018.

Des difficultés sur le chantier et dans la fourniture de certains équipements ont contraint à de multiples reprises EDF à revoir le planning du projet et à relever son coût, estimé à 10,5 milliards d'euros depuis septembre 2015, un montant - en euros 2015 et hors intérêts intercalaires - qui risque donc une nouvelle fois d'être revu à la hausse.

Annoncé à trois milliards d'euros lors de la présentation du projet, en 2004, l'EPR de Flamanville devait initialement entrer en service en 2012.

L'EPR de Taishan, en Chine, a été le 5 juin le premier du genre à démarrer, avec la première réaction en chaîne contrôlée du réacteur qui va permettre de lancer des tests avant son raccordement au réseau.

Avec Reuters (Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle