EDF défend son actionnaire à Fessenheim

EDF avance que la fermeture de Fessenheim porterait atteinte aux intérêts de l’entreprise et de ses actionnaires. Soit, avant tout, l’Etat.

Partager
EDF défend son actionnaire à Fessenheim

Ce mercredi 3 mars, la Société française d’énergie nucléaire (Sfen) organisait sa convention annuelle sur le thème "Nucléaire et renouvelables dans la transition énergétique". A cette occasion, Dominique Minière, directeur de la production nucléaire d’EDF, a décrit les investissements dans le parc nucléaire. Selon lui, ces dépenses, en toute logique industrielle, ne sont possibles que si l’outil d’EDF a vocation à perdurer dans le temps.

Une logique qui renvoie forcément aux deux réacteurs de Fessenheim, dont le gouvernement a annoncé la fermeture fin 2016. Dominique Minière prévient : "Nous avons entendu les déclarations. Nous avons investi dans Fessenheim pour prolonger sa durée de vie à 50 ou 60 ans. Maintenant, nous avons vocation à défendre l’intérêt de l’entreprise et de ses actionnaires." Une phrase lourde de sens puisque l’actionnaire majoritaire d’EDF à 84,4 % est... l’Etat ! Et d’ajouter : "Si Fessenheim est arrêté, EDF devra être dédommagé."

55 milliards d’euros sur 15 ans à investir dans le parc nucléaire

Au-delà du cas de la centrale de Fessenheim, qui vient de passer sa troisième visite décennale et qui doit subir des travaux post-Fukushima (comme l’épaississement du radier), les investissements touchent l’ensemble du parc. Les 58 réacteurs sont âgés de 14 à 35 ans, avec une moyenne à 28 ans. Selon Dominique Minière, l’expérience de parcs plus anciens, comme celui des Etats-Unis, montre que le remplacement de gros éléments (alternateurs, générateurs de vapeur…) doit être fait entre 30 et 35 ans.

Par ailleurs, EDF doit créer d’ici 2018 les noyaux durs, dans le cadre des recommandations post-Fukushima. Enfin, le groupe investit déjà pour que ses réacteurs puissent atteindre une durée de vie de 50 ans. L’ensemble de ces opérations, dites "grand carénage", représente environ 55 milliards d’euros à dépenser sur 15 ans. A terme, le prix du MWh sur le parc atteindra 50 euros, contre environ 40 aujourd’hui. Un coût qui demeure compétitif par rapport aux sources thermiques et renouvelables, selon le directeur d’EDF.

Ludovic Dupin

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Energies renouvelables

Capteur solaire - CR 110

KIMO INSTRUMENTS

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ORANO

Dessinateur-Projeteur F/H

ORANO - 22/01/2023 - CDI - Montigny-le-Bretonneux

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

89 - OFFICE AUXERROIS DE L'HABITAT

Diagnostics techniques immobiliers ( agence nord / secteur 1)

DATE DE REPONSE 03/03/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS