Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

EDF défend son actionnaire à Fessenheim

Ludovic Dupin ,

Publié le

EDF avance que la fermeture de Fessenheim porterait atteinte aux intérêts de l’entreprise et de ses actionnaires. Soit, avant tout, l’Etat.

EDF défend son actionnaire à Fessenheim © Florival fr - Wikimedia commons - c.c.

Ce mercredi 3 mars, la Société française d’énergie nucléaire (Sfen) organisait sa convention annuelle sur le thème "Nucléaire et renouvelables dans la transition énergétique". A cette occasion, Dominique Minière, directeur de la production nucléaire d’EDF, a décrit les investissements dans le parc nucléaire. Selon lui, ces dépenses, en toute logique industrielle, ne sont possibles que si l’outil d’EDF a vocation à perdurer dans le temps.

Une logique qui renvoie forcément aux deux réacteurs de Fessenheim, dont le gouvernement a annoncé la fermeture fin 2016. Dominique Minière prévient : "Nous avons entendu les déclarations. Nous avons investi dans Fessenheim pour prolonger sa durée de vie à 50 ou 60 ans. Maintenant, nous avons vocation à défendre l’intérêt de l’entreprise et de ses actionnaires." Une phrase lourde de sens puisque l’actionnaire majoritaire d’EDF à 84,4 % est... l’Etat ! Et d’ajouter : "Si Fessenheim est arrêté, EDF devra être dédommagé."

55 milliards d’euros sur 15 ans à investir dans le parc nucléaire

Au-delà du cas de la centrale de Fessenheim, qui vient de passer sa troisième visite décennale et qui doit subir des travaux post-Fukushima (comme l’épaississement du radier), les investissements touchent l’ensemble du parc. Les 58 réacteurs sont âgés de 14 à 35 ans, avec une moyenne à 28 ans. Selon Dominique Minière, l’expérience de parcs plus anciens, comme celui des Etats-Unis, montre que le remplacement de gros éléments (alternateurs, générateurs de vapeur…) doit être fait entre 30 et 35 ans.

Par ailleurs, EDF doit créer d’ici 2018 les noyaux durs, dans le cadre des recommandations post-Fukushima. Enfin, le groupe investit déjà pour que ses réacteurs puissent atteindre une durée de vie de 50 ans. L’ensemble de ces opérations, dites "grand carénage", représente environ 55 milliards d’euros à dépenser sur 15 ans. A terme, le prix du MWh sur le parc atteindra 50 euros, contre environ 40 aujourd’hui. Un coût qui demeure compétitif par rapport aux sources thermiques et renouvelables, selon le directeur d’EDF.

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

05/04/2013 - 08h45 -

Il est temps que les syndicats se réveillent face aux Khmers Verts.
Ils ont laissé établir la vignette écolo (bonus écologique – malus économique) qui a ravagé notre industrie auto (regardez les données de l’INSEE vers 2008).
On ajoute des boulets écolos à notre industrie, vue comme une nuisance, sans égards pour ses bienfaits.
Les éoliennes et solaires (en faillite) obligeront à la construction de centrale à hydrocarbures (voir en Allemagne) alors que le pic de pétrole et de gaz est franchi.
Le terrorisme moral des verts a assez duré. Je ne comprends pas que l’on ait attendu si longtemps.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle