Des contrôles sur les autres réacteurs nucléaires envisageables après l'arrêt de deux centrales

Le groupe EDF a annoncé mercredi 15 décembre qu'il allait interrompre la production de la centrale nucléaire de Chooz (Ardennes), pour un peu plus d'un mois. Une décision qui fait suite à la détection de défauts à proximité de circuits de refroidissement de la centrale nucléaire de Civaux (Vienne), équipée du même type de réacteurs.

Partager
Des contrôles sur les autres réacteurs nucléaires envisageables après l'arrêt de deux centrales
Le fait que quatre réacteurs nucléaires de 1 450 mégawatts (MW) soient indisponibles risque de fragiliser la sécurité d'approvisionnement en électricité du pays.

« A titre préventif » et en vue d'une série de contrôles, EDF procédera à la mise à l'arrêt du réacteur n°2 de la centrale nucléaire de Chooz (Ardennes) jeudi 16 décembre et du réacteur n°1 samedi, pour des redémarrages prévus le 23 janvier. Dans un communiqué, le producteur d'électricité a expliqué avoir pris cette décision après avoir détecté des défauts à la centrale de Civaux (Vienne), qui possède des réacteurs de même technologie.

Repérés lors du réexamen périodique de la centrale (« visite décennale »), ces défauts étaient situés à proximité de soudures des tuyauteries des circuits d'injection de sécurité, des systèmes de sauvegarde permettant d'assurer le refroidissement des réacteurs en cas d'accident. Selon une source au fait du sujet, les défauts sont liés à une corrosion anormale des équipements, une information qu'EDF n'a pas souhaité commenter.

1 TWh en moins

Après avoir informé l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), le groupe avait décidé le 19 novembre d'interrompre complètement la production d'électricité à Civaux. L'entreprise veut aujourd'hui remplacer les pièces concernées, ce qui prolongera l'arrêt du réacteur n°1 jusqu'à fin avril - au lieu de début mars - et celui du réacteur n°2 jusqu'à fin mars - au lieu du 24 décembre - selon les données diffusées par le Réseau de transport d'électricité (RTE).

L'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) a souligné que ce défaut, en cas d'évolution, aurait pu « conduire à une fuite ou à une rupture ». L'établissement public, sur lequel l'ASN s'appuie pour prendre ses décisions, a également indiqué que « des actions de contrôle pourraient s'avérer nécessaires sur les autres réacteurs en exploitation » du parc d'EDF.

La prolongation de l'arrêt des deux réacteurs de Civaux et la mise à l'arrêt des deux unités de Chooz entraînent pour EDF une perte de production d'environ 1 térawatt-heure (TWh) sur la fin de 2021. A titre comparatif, les centrales nucléaires françaises avaient produit 380 TWh en 2019. Cet événement conduit le groupe à revoir son estimation d'Ebitda dans une fourchette comprise entre 17,5 et 18 milliards d'euros, alors qu'il tablait précédemment sur un chiffre supérieur à 17,7 milliards. A la suite de ces annonces de mercredi, le cours de l'action EDF chutait de près de 12% à la Bourse de Paris en milieu de journée.

25% DU PARC À L'ARRÊT

Ces indisponibilités des quatre réacteurs de 1 450 mégawatts (MW) du parc français risquent de fragiliser la sécurité d'approvisionnement en électricité du pays alors que RTE avait prévenu en novembre qu'une « vigilance particulière » s'imposerait cet hiver, notamment en janvier et février, en cas de vague de froid et « de conditions défavorables sur le parc de production ». Le gestionnaire public devrait actualiser ses prévisions pour le système électrique français fin décembre et courant janvier pour prendre en compte les dernières informations sur la disponibilité des réacteurs nucléaires et les prévisions météorologiques.

La disponibilité du parc nucléaire français a souffert ces dernières années des visites décennales des installations mais aussi de la crise sanitaire du Covid-19, qui a contraint EDF à revoir en profondeur son programme de maintenance. Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l'Industrie, a justement estimé mardi lors d'un colloque sur l'électricité que la France devait « relever [son] niveau d'exigence » en matière de disponibilité de son parc nucléaire. Mercredi, environ 25,3% des capacités du parc nucléaire français étaient à l'arrêt.

Par ailleurs, la détection de défauts à la centrale de Civaux et l'arrêt de celle de Chooz interviennent alors qu'Emmanuel Macron a annoncé début novembre son intention de relancer la construction de réacteurs nucléaires en France, sans toutefois préciser le nombre ou le type d'unités envisagées, ni leur financement.

Avec Reuters (Benjamin Mallet, édité par Jean Terzian)

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Energies renouvelables

Capteur solaire - CR 110

KIMO INSTRUMENTS

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

ORANO

Ingénieur d'études vidéo procédé et réseaux industriels F/H

ORANO - 19/01/2023 - CDI - La Hague

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

13 - Meyreuil

Aménagement de la Bastide Ballon

DATE DE REPONSE 13/03/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS