EDF convertit son solaire résidentiel à l’autoconsommation

L’offre photovoltaïque d’EDF pour les particuliers bascule dans l’autoconsommation a annoncé le groupe jeudi 2 juin. L’électricien veut s’inscrire dans un mouvement de société vers l’électricité faite maison.

Partager
EDF convertit son solaire résidentiel à l’autoconsommation
Une maison ronde et ses panneaux solaires

Benjamin Declas ne fait pas dans la dentelle. "Nous avons décidé de basculer 100% de notre offre pour le résidentiel en autoconsommation", a annoncé le directeur général d’EDF ENR lors d’une conférence de presse jeudi 2 juin. La filiale d’EDF Energies Nouvelles (EDF EN) dédiée à l’énergie décentralisée (particuliers et tertiaire) ne propose plus aux particuliers d’installer des panneaux solaires sur leur toit pour revendre l’électricité au réseau à un tarif subventionné. Les panneaux alimenteront désormais les propres besoins du consommateur. Et exclusivement puisque les systèmes seront bridés pour ne pas injecter d’électricité sur le réseau.

Cette bascule est rendue possible par la chute des coûts du photovoltaïque. Elle répond surtout à une demande croissante, affirme le dirigeant : "C’était un leitmotiv de nos clients : pourquoi je ne peux pas consommer mon électricité ?" L’électricien, pour qui l’autoconsommation représente en principe une baisse de son marché de fourniture d’électricité ainsi que du financement des réseaux opérés par ses filiales RTE et Enedis (ex-ERDF), semble s’être fait une raison.

"Un mouvement de société qu'on n'arrêtera pas"

Interrogé sur les réticences antérieures du groupe face à l’autoconsommation, Antoine Cahuzac, directeur exécutif d’EDF en charge du pôle Energies renouvelables et directeur général d’EDF EN, s’est montré catégorique : pas question "d’être contre un mouvement de société que nous n’arrêterons pas". D’autant que les simulations du groupe, "même en supposant de forts taux d’autoconsommation", prévoient qu’au maximum, d’ici 5 à10 ans, l’électricité autoconsommée dans les maisons ne représentera que 1 % de l’électricité totale.

Pour Antoine Cahuzac, ce virage vers l’autoconsommation n’est pas une "révolution" mais "la suite logique d’une politique consistant à être le champion de l’énergie décarbonnée […] Cette offre est parfaitement intégrée dans la stratégie Cap 2030 d’accompagner la transition énergétique et d’accroître la part des énergies renouvelables dans le mix. Je ne veux pas opposer, comme on le fait parfois, une centrale nucléaire et une installation en autoconsommation. Tout ça est parfaitement cohérent et fonctionne ensemble […] Il n’y a pas de débat au sein du management du groupe."

Marché potentiel de 4 millions de maisons

Pour Benjamin Declas, il s’agit en tout cas de développer un marché potentiel estimé par EDF ENR à quelque 4 millions de maisons individuelles bien exposées et possédées par des propriétaires plutôt aisés. L’offre est déployée commercialement depuis début avril et le dirigeant revendique 400 nouveaux clients par mois. Elle est complétée aujourd’hui par un système de batteries en option. Benjamin Declas vise 3 000 clients – soit environ 10 mégawatts installés - en 2016 et compte progresser de 10 % à 15 % par an. Ce qui reste modeste pour un "mouvement de société".

Manuel Moragues

Comment EDF veut vous faire autoconsommer
La nouvelle offre d’EDF ENR vise à faire consommer dans la maison le maximum de l’électricité produite par les panneaux solaires que l’entreprise installe en toiture (ou dans le jardin). Ce qui passe par un dimensionnement précis de l’installation photovoltaïque (1 à 5 kilowatts) par rapport au profil de consommation de la maison. Il s’agit en effet d’éviter les surplus de production, qui seront dissipés sur place car cette offre interdit l’injection de l’électricité sur le réseau. L’avantage est d’éviter les frais et délais liés au raccordement de l’installation. L’installation typique, de 3 kW, coûte environ 12 000 euros. EDF mise sur un pilotage des équipements comme le chauffe-eau électrique pour les faire fonctionner quand le soleil brille et faire ainsi grimper le taux d’autoconsommation – la part de l’énergie produite effectivement consommée – d’environ 30% si rien n’est fait à 70% voire 80%. Pour aller au-delà et frôler les 100%, EDF ENR propose un système de stockage de l’énergie à base de batteries du coréen LG, de 3 kilowattheures (facturé 6000 euros) à 9 kWh.

Sujets associés

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

La renaissance des montres Kelton

La renaissance des montres Kelton

Le designer Vincent Bergerat donne une nouvelle vie aux montres Kelton. Dans ce nouvel épisode du podcast Inspiration, il explique au micro de Christophe Bys comment il innove et recrée l'identité...

Écouter cet épisode

Connecter start-up et grands groupes

Connecter start-up et grands groupes

Dans ce nouveau numéro du podcast Inspiration, Thomas Ollivier, fondateur du Maif Start-up Club, répond aux questions de Christophe Bys. 

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Inspecteur Equipements sous pression en service (F-H-X)

BUREAU VERITAS - 10/06/2022 - CDI - Saint-Herblain

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

66 - Banyuls-sur-Mer

Création d'un pavillon d'accueil au centre régional de la Sommellerie

DATE DE REPONSE 01/01/1970

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS