EDF confirme ses investissements à Fessenheim

EDF va investir 20 millions d’euros supplémentaires dans la centrale de Fessenheim, alors que la fermeture de cette dernière est déjà annoncée.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

EDF confirme ses investissements à Fessenheim

Malgré la fermeture prévue en 2017 des deux réacteurs de la centrale de Fessenheim (Bas-Rhin), EDF a confirmé des investissements. e Lundi 18 juin, Thierry Rosso, le directeur de la centrale, affirmait, devant la Commission locale d’information et de surveillance (CLIS) de Fessenheim, qu’ "il y aura des investissements jusqu’au dernier jour. C’est le prix de la sûreté".

Il fait allusion à l’investissement de 20 millions d’euros demandé par l’ASN (Autorité de Sureté Nucléaire) d’ici juin 2013 pour poursuivre l’exploitation du site. 15 millions d’euros seront utilisés pour épaissir le radier du réacteur n°1. Il s’agit de la dalle de béton située sous l’installation, dont l’épaisseur est actuellement d’1,5 mètre, contre 2,5 mètres à 3 mètres sur le reste du parc français.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Cette décision d’investissement n’est pas surprenante alors qu’EDF a déjà déboursé 380 millions d’euros sur les deux réacteurs pour accroître leur durée de vie de 30 à 40 ans. Par contre, elle témoigne d’une relative confiance dans l’avenir de cette centrale.

Pour certains économistes, sa fermeture prévue avant 2017 n’est pas acquise. Michel Chevalier, professeur à l'Université Paris Dauphine, rappelle que la fermeture d’une centrale, autorisée à fonctionner par l’ASN, est "une destruction de valeur". Jacques Percebois, le directeur du Centre de recherche en économie et droit (CREDEN), affirme : "Si on ferme Fessenheim, cela doit être pour des raisons politiques et non pas pour des motifs de sureté. Sinon, on décrédibilise l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) et la France devra fermer nombres d’autres centrales".

La fermeture de Fessenheim a été annoncée par François Hollande durant la campagne présidentielle. Elle s’inscrit dans sa volonté d’abaisser la part de la production nucléaire en France à 50 % en 2025, contre près de 75 % aujourd’hui.

Partager

PARCOURIR LE DOSSIER
SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER L’actu de vos régions
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS