International

EDF avance l'arrêt de son plus gros réacteur nucléaire au Royaume-Uni

, , , ,

Publié le , mis à jour le 20/11/2020 À 07H45

EDF a annoncé le 19 novembre qu'il arrêterait en 2022 le réacteur Hinkley Point B au Royaume-Uni. Le pays vient d'annoncer de nouveaux investissements dans le nucléaire pour faire face au vieillissement de ses centrales.

EDF avance l'arrêt de son plus gros réacteur nucléaire au Royaume-Uni
Hinkley Point B peut produire suffisamment d'électricité pour alimenter environ 1,8 million de foyers, ce qui fait de lui le réacteur le plus productif au Royaume-Uni. /Photo d'archives/REUTERS/Suzanne Plunkett
© SUZANNE PLUNKETT

Le réacteur nucléaire Hinkley Point B au Royaume-Uni va s'arrêter plus tôt que prévu. Jeudi 19 novembre, la filiale britannique d'EDF a annoncé qu'elle fermerait l'unité au plus tard le 15 juillet 2022. Située dans le Somerset, dans le sud-ouest de l'Angleterre, l'installation est en service depuis 1976.

Problèmes d'obsolescence

Hinkley Point B peut produire suffisamment d'électricité pour alimenter environ 1,8 million de foyers, ce qui fait de lui le réacteur le plus productif au Royaume-Uni. Hinkley Point B est normalement autorisé à fonctionner jusqu'en mars 2023. Le réacteur a toutefois souffert de divers problèmes liés à son obsolescence.

"En 2012, EDF a prolongé de sept ans la durée de vie estimée de Hinkley Point B, de 2016 à mars 2023. L'annonce d'aujourd'hui signifie que le site cessera de produire seulement quelques mois plus tôt et plus de 15 ans après ce qui était prévu à l'origine dans les années 1960", souligne l'électricien dans un communiqué.

Un réacteur EPR en construction sur le même site

Alors que le nucléaire fournit 20 % de l'électricité britannique, le pays fait face au vieillissement de ses centrales. La moitié des huit centrales nucléaires britanniques en exploitation doivent être mises hors service d'ici à mars 2024.

EDF est en train de construire un nouveau réacteur de type EPR sur le même site du Somerset, Hinkley Point C, censé commencer à produire de l'électricité en 2025. En parallèle, l'entreprise souhaite construire un réacteur identique, Sizewell C, sur un autre site. Mais l'électricien attend encore le feu vert du gouvernement britannique sur ce point. Dans le cadre de son plan pour une révolution industrielle verte, le Premier ministre Boris Johnson a tout de même annoncé un soutien de 525 millions de livres au développement de centrales et de nouveaux réacteurs modulaires (ou SMR pour smal modular reactor).

Avec Reuters (Susanna Twidale ; version française Bertrand Boucey, édité par Jean-Michel Bélot)

 

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

20/11/2020 - 14h31 -

Un réacteur estconcu pour une durée d'environ 40 ans et la vétusté n'est pas plus une invention là qu'ailleurs. En France nous comptons jouer avec le feu, mais celui là est particulietement chaud.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte