EDF aurait sous-provisionné le démantèlement nucléaire selon un rapport parlementaire

Selon un rapport parlementaire, EDF n’a pas provisionné l’ensemble des charges pour le démantèlement. EDF conteste et rappelle que ses comptes sont audités et certifiés. 

Partager
EDF aurait sous-provisionné le démantèlement nucléaire selon un rapport parlementaire

La commission du développement durable de l’Assemblée nationale publie un rapport sur la faisabilité technique et financière du démantèlement des réacteurs nucléaires d’EDF. Et il est peu de dire que les auteurs se montrent pessimistes, voire critiques sur la capacité de l’électricien à mener à bien ces opérations. La rapporteur, Barbara Romagnan (PS), députée du Doubs, distingue deux cas. Le premier est celui de l’ancien parc nucléaire à l’arrêt qui compte six réacteurs graphite-gaz, un réacteur à eau lourde (Brennilis dans le Finistère), Chooz A (Ardennes) et Superphénix (Isère). A l’exception de cette dernière unité dont le démantèlement est en cours selon le planning, la députée juge que "rien ne se passe comme prévu".

Elle s’attarde en particulier sur les six réacteurs graphite-gaz. EDF a demandé le report de la fin de leur démantèlement en 2100 au lieu de 2041 comme initialement prévu. "Cela veut dire qu’il faudra plus d’un siècle pour démanteler ces réacteurs", regrette-t-elle. EDF rétorque : "D’importantes étapes ont déjà été franchies sur l’ensemble de ces chantiers. Ces installations, complexes à démanteler, consolident le savoir-faire d’EDF en matière de déconstruction. EDF rappelle que par rapport aux autres installations de ce type démantelées dans le monde, les chantiers du groupe sont parmi les plus avancés."

Des charges non prises en compte

Le second cas concerne le parc quasi-homogène de 58 réacteurs à eau pressurisée aujourd’hui en activité. La rapporteur estime globalement que "EDF est en mesure techniquement de faire ce démantèlement". En revanche, elle fait part de nombreuses inquiétudes financières : "Les charges de démantèlement sont vraisemblablement sous-évaluées et sous-provisionnées".

EDF les chiffre à 75,5 milliards d’euros. 23,5 milliards d’euros sont provisionnées et doivent permettre d’atteindre la somme finale grâce à un taux d’actualisation de 4,4 %. Alors que la somme est déjà faible par rapport à ce qui est prévu aux Etats-Unis et au Royaume-Uni, le rapport juge que "le taux d’actualisation est optimiste et est le plus élevé d’Europe". EDF pour sa part assure que "Sur les cinq dernières années, la performance financière moyenne des actifs dédiés d’EDF (…), a été de 6,1% par an."

L’élue constate également qu’EDF ne prend pas en compte tous les coûts comme les taxes, les assurances, l’évacuation du combustible usagé ou la remise en état des sols… Elle met en doute la croyance d’EDF sur un effet de série massif qui va beaucoup abaisser les coûts entre le premier et le dernier réacteur déconstruit. "Cette méthode ne prend pas en compte l’historique de chaque réacteur et des évènements qui y sont survenus", estime-t-elle. EDF réplique : "Les comptes du groupe EDF sont audités et certifiés par ses commissaires aux comptes."

Responsabilité politique

Enfin, Barbara Maragnana dénonce la stratégie d’EDF qui serait de "parier un allongement de la durée de vie des réacteurs avec pour conséquence d’éviter l’effet falaise (tous les démantèlements en même temps), d’éviter l’engorgement des exutoires de déchets et de permettre aux provisions d’augmenter avec le temps". "Mais c’est aussi une façon pour EDF de s’assoir la loi de transition énergétique qui a été votée", critique la députée. Cette loi prévoit la réduction du nucléaire dans le mix électrique de 75 à 50 % en 2025.

Le président du rapport, le député du Vaucluse Julien Aubert (Les Républicains), souligne quelques désaccords avec la rapporteur. Il désapprouve la notion de "provisions sous-dotées", car cela "remettrait en cause la sincérité des comptes d’EDF", explique-t-il. Même s’il reconnait qu’elles sont les plus basses de l’OCDE. Au-delà de ce désaccord, il juge que "Notre pays n’a pas de stratégie de démantèlement. Les premiers responsables sont les autorités publiques car il est essentiel de savoir quel est l’avenir du parc nucléaire avant tout. On ne gère pas de la même manière une mue et une fin d’activité."

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Energies renouvelables

Capteur solaire - CR 110

KIMO INSTRUMENTS

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

Safran

CHEF DE PROJET IT F/H

Safran - 22/11/2022 - CDI - Vélizy-Villacoublay

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

974 - ST PIERRE

Acquisition de véhicules de transport en commun de type minicars.

DATE DE REPONSE 13/01/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS