Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

EDF abandonne son projet de stockage de gaz dans les Landes

, , , ,

Publié le

Le projet Salins des Landes, dans le secteur de Pouillon, près de Dax, vivement contesté par la population locale, est abandonné. Le deuxième forage n’a pas confirmé le potentiel espéré.

EDF abandonne son projet de stockage de gaz dans les Landes © DR

"Les critères technico-économiques requis pour la faisabilité d'un projet comme Salins des Landes ne sont pas aujourd'hui satisfaits", indique EDF dans un communiqué.

Ce projet Salins des Landes visait à stocker 600 millions de m3 de gaz (soit l'équivalent de la consommation annuelle de 800 000 habitants) dans le sous-sol landais, afin de faire face aux besoins croissants des centrales électriques à gaz lors des creux de production des énergies renouvelables.

Les résultats du dernier forage, qui s’est achevé l’été dernier, ont démontré que le potentiel ne dépasserait guère 300 millions de m3, selon nos informations.

Un premier forage réalisé en 2010 avait permis d’identifier d'importants dômes de sel de qualité, susceptibles de stocker en sécurité du gaz, une fois la roche creusée à grand renfort d'eau à haute pression à plus de 1 000 mètres de profondeur.

Afin de ne pas prélever dans les ressources landaises en eau douce, EDF envisageait de créer une double canalisation enterrée, un saumoduc, de 42 km traversant 38 communes (100 000 habitants au total) pour acheminer l'eau de mer depuis l'océan Atlantique jusqu'au site de stockage et, en sens inverse, évacuer l'eau chargée de sel au large, à plus d'1,5 km de la côte.

"Le rejet de la saumure sur la côte sud des Landes était incompatible avec l'image touristique de notre département. Et, les études ont démontré que la rentabilité de ce projet de stockage de gaz était très aléatoire. Faute de solutions alternatives, j'ai obtenu du PDG d'EDF, Henri Proglio, que le projet soit arrêté", explique Henri Emmanuelli, le président du conseil général des Landes.

Un investissement avorté de 650 millions d’euros

L'investissement prévu était de 650 millions d'euros. Le chantier devait créer 250 emplois en six ans. Cela aurait pu être l'un des plus importants sites de stockage souterrain du gaz en France. Le débat public (1 800 participants, 9 réunions publiques), qui s'est achevé le 31 janvier 2012, a montré une forte opposition des acteurs locaux.

Un collectif citoyen Stockage-Gaz-Landes s'est mobilisé pendant des mois pour l'abandon de ce projet et a notamment organisé une campagne sur les plages l’été dernier auprès des touristes.

"Ce projet représentait une réelle menace pour les 300 entreprises de la glisse en Aquitaine, qui ont toutes choisi cette région pour la qualité des vagues, de la vie, de ses espaces naturels protégés", estime Frédéric Basse, président d'Eurosima, un cluster qui regroupe les industriels aquitains de la glisse, soit 3 500 emplois et 1,7 milliard d'euros de chiffre d'affaires en Aquitaine.

Nicolas César

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus