Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Econick extrait les métaux de plantes hyperaccumulatrices

,

Publié le

Made in France

Econick extrait les métaux de plantes hyperaccumulatrices
Econick extrait les métaux de plantes hyperaccumulatrices.
© giovanni_novara - Flickr - C.C

Econick est née de la maîtrise des procédés exploitant le potentiel des plantes dites hyperaccumulatrices pour extraire le nickel des sols contaminés ou naturellement minéralisés. La start-up fondée en août 2016, à Nancy (Meurthe-et-Moselle), par sept chercheurs de l’université de Lorraine (UL), du CNRS et de l’Inra a fait le pari de valoriser cette biomasse pour produire des sels métalliques, ouvrant un champ nouveau, celui de l’agromine. Les scientifiques du laboratoire sols et environnement (UL-Inra) s’intéressaient depuis les années 1990 aux sols riches en nickel d’Albanie. Ils ont attendu de produire leurs premiers grammes d’oxyde de nickel en laboratoire à partir de l’Alyssum murale pour s’attaquer à l’industrialisation du procédé. Leur projet, lancé en 2013, a été accompagné par la Satt Grand-Est (Société d’accélération du transfert de technologies) et l’Incubateur lorrain. La jeune pousse exploite aujourd’hui une chaudière semi-industrielle de 20 kW, deux hectares de terre en Albanie et cinq parcelles expérimentales en Meurthe-et-Moselle (200 m²), en collaboration avec un groupement d’intérêt scientifique. « Econick a misé sur une technique d’extraction la plus verte possible, limitant la quantité de solvants utilisés et permettant de produire de la chaleur », détaille Kevin Siebert, le directeur du développement d’Econick. La cristallerie nancéienne Daum expérimente depuis un an l’utilisation de leur oxyde de nickel pour la teinte de ses produits. « Nous travaillons à améliorer la robustesse de nos procédés, afin de garantir une qualité constante », poursuit Kevin Siebert. Parallèlement, les deux partenaires explorent l’extraction du zinc et du cobalt sur un ancien cassier de la manufacture. La start-up ambitionne justement de commercialiser d’autres sels métalliques à partir de 2018. 

L’innovation

Un procédé d’extraction de nickel à partir des tiges et des feuilles de plantes hyperaccumulatrices. Les cendres issues de leur combustion sont concentrées à hauteur de 15 à 20 % en sels métalliques. Leur mise en solution permet ensuite l’extraction du minerai par cristallisation.

L’opportunité

La place grandissante accordée à l’économie circulaire joue en faveur des métaux biosourcés d’Econick. Ils pourraient séduire des secteurs comme le luxe pour leur potentiel en termes d’image.

Réagir à cet article

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus