Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Ecoat choisit la plate-forme chimique de Roussillon pour son usine

, ,

Publié le

Ecoat investit plus de 5 millions d'euros dans une unité de production de bio-polymères pour peintures et colles vertes. Implantée à Roussillon (Isère), la nouvelle structure sera opérationnelle fin 2014.

Ecoat choisit la plate-forme chimique de Roussillon pour son usine © D.R.

La start-up Ecoat a racheté un bâtiment sur la plate-forme chimique de Roussillon (Isère) pour produire ses propres bio-polymères pour peintures et colles "vertes". La société grassoise va investir entre 5 et 10 millions d’euros dans cette unité. Le montant de ces investissements a été minimisé notamment par le rachat de réacteurs à l’état neuf auprès d’entreprises pharmaceutiques et par les infrastructures logistiques déjà présentes sur place.

La plate-forme chimique de Roussillon a été retenue après l’audit de douze sites industriels en France principalement. Des investissements initiaux plus faibles, des coûts énergétiques et logistiques réduits, et un savoir-faire reconnu dans la gestion de la sécurité dans le cadre du GIE Osiris ont emporté la décision des dirigeants d’Ecoat. Trois levées de fonds successives, dont une de 1,5 million d'euros, et l’aide de Bpifrance permettent de financer cette unité industrielle qui devrait être opérationnelle en fin d’année.

Création d'emplois

L’objectif d’Olivier Choulet, président d’Ecoat, est de produire 30 000 tonnes à horizon de trois à quatre ans représentant un chiffre d’affaires de l’ordre de 50 millions d’euros. Les effectifs salariés seront proportionnels à la progression du chiffre d’affaires. Une trentaine de personnes devraient être employées dans cette usine en 2017 ou 2018.

Fondée en 2011, la start-up a consacré ses premières années au développement de produits innovants, de polymères à l’eau à base de résines alkydes, bio-sourcés à plus de 95 % et qui utilisent un mécanisme de séchage performant. Ecoat emploie aujourd’hui 17 personnes, dont douze chercheurs, pour un chiffre d’affaires de 2 millions d'euros.

Vincent Charbonnier

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle