Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Eclipse du 20 mars : le solaire a rendez-vous avec la Lune

, , , ,

Publié le , mis à jour le 18/03/2015 À 14H04

Avec le développement de l’énergie photovoltaïque en Europe ces dernières années, l'éclipse solaire du vendredi 20 mars, pourrait perturber la production d’électricité. Pas de risque de black-out, mais l'occasion pour les gestionnaires de réseaux européens de tester la résistance du réseau électrique à grande échelle, comme nous l'écrivions en novembre dernier.

Eclipse du 20 mars : le solaire a rendez-vous avec la Lune © Computerhotline - Flickr - C.C

[Actualisation le 18/3/2015 - 14h00] : Dans le scénario le plus extrême, celui dans lequel le soleil brille et la production des panneaux photovoltaïques est à son maximum, les modélisations des gestionnaires de réseaux européens prévoient jusqu'à 34 000 MW de puissance affectés par l'éclipse du 20 mars. Les prévisions météorologiques annoncent de telles conditions. Trois pays seront majoritairement touchés : l'Allemagne, l'Italie et la France.

Le vendredi 7 novembre 2014, le gestionnaire du réseau de transport électrique français, RTE, présentait ses prévisions sur l’équilibre offre-demande pour l’hiver 2014-2015. Si l’hiver devrait se passer sans grande difficulté (voire encadré), le président Dominique Maillard attire en revanche l’attention sur un évènement exceptionnel qui pourrait venir perturber la production et la distribution d’électricité en Europe. Le 20 mars 2015, de 9h09 à 10h31 se déroulera une éclipse solaire quasi-totale sur l’Europe.

La France passera l’hiver au chaud

Si RTE appelle régulièrement à la vigilance sur le risque de manque de courant pour les hivers à venir, en raison de la disparation d’un certain nombre de centrales thermiques, l’hiver 2014-2015 devrait encore être épargné. Avec un hiver normal, la France devrait être globalement exportatrice d’électricité dans les mois qui viennent, mis à part quelques épisodes ponctuels d’importation en janvier. Dans le cas d’un hiver rigoureux, comme en février 2012 (environ 10°C en dessous des normales saisonnières), la France devrait importer jusqu’à 4000 MW d’électricité, une quantité compatible avec les capacités d’interconnexions du pays et les productions de nos voisins. En Europe plane en revanche une grande incertitude sur la Belgique. Le pays a trois réacteurs à l’arrêt. Il pourrait avoir un déficit de 30% de production lors des pointes de consommation. Malgré les importations depuis la France et les Pays-Bas, le pays pourrait connaitre des épisodes de délestage.

Au maximum du phénomène, la baisse de la luminosité atteindra 80% pendant plusieurs dizaines de minutes. Ce n’est bien sûr pas inhabituel. En août 1999, une magnifique éclipse totale du soleil avait balayé le nord de l’Europe. "Mais il y a une différence considérable depuis 1999, c’est le développement important du photovoltaïque en Europe, explique Dominique Maillard. L’éclipse va toucher 75000 à 80 000 MW de photovoltaïque installés sur le continent". Or ces panneaux sont très sensibles aux variations de luminosité. Un jour nébuleux, les panneaux voient leur production diminuer de 90%.

L’équivalent de 30 réacteurs nucléaires éclipsés

Si la 20 mars prochain le temps est couvert, l’impact sera minime, car les panneaux solaires produiront peu. Mais si le jour est ensoleillé, l’éclipse pourrait avoir des conséquences bien plus importantes. "On pourrait voir disparaitre brutalement près de 30 000 MW du réseau électrique européen", explique Dominique Maillard. L’équivalent de 25 à 30 réacteurs nucléaires français ! C’est comme si la température chutait en quelques minutes de 6°C en Europe et que tout le monde allumait son chauffage pour compenser ce brusque refroidissement. Le phénomène va être d’autant plus "sportif" pour les réseaux européens que le maximum de l’éclipse va se déplacer, à la faveur de la rotation de la terre. Il y aura un arrêt et un démarrage permanent de sources de production solaire à travers le continent.

RTE est entré en contact avec ses homologues européens pour préparer le phénomène. Il n’y a pas de risques réels de black-out, mais le gestionnaire français juge que "c’est un évènement intéressant pour en étudier les conséquences". Il s’agira aussi de prévoir à l’avance quels seront les moyens de production et de délestage disponibles en cas de besoin. Autre conséquence de cette éclipse, la baisse de la luminosité va pousser les gens à allumer les lumières au bureau ou chez eux. Résultat : la consommation d’énergie va augmenter.

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

19/11/2014 - 18h36 -

Allumer les lumières des bureaux en Europe le 20 mars 2015 ? Non ! Personne ne s’apercevra qu’il y a une baisse de luminosité.
Sauf pour ceux qui se trouveront dans l’étroit point noir de 100km de large sur 500km de long qui va se déplacer sur notre globe dans l’océan atlantique, et il faudra se trouver aux Iles Féroé ! Pour la France métropolitaine, la baisse sera comprise entre 70% et 85%, ce qui est quasi imperceptible à l œil nu. Pour avoir vu l’éclipse annulaire en Espagne de 3 octobre 2005 qui a fait une baisse de 97% de luminosité, on aurait cru un été indien, rien de plus.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle