ECLAIRAGELes diodes prêtes pour l'automobileElles consomment moins, s'allument plus rapidement, ont une durée de vie supérieure à celle du véhicule qu'elles équipent et peuvent s'intégrer dans n'importe quel design.

Partager

ECLAIRAGE

Les diodes prêtes pour l'automobile

Elles consomment moins, s'allument plus rapidement, ont une durée de vie supérieure à celle du véhicule qu'elles équipent et peuvent s'intégrer dans n'importe quel design.

Hewlett Packard vient de mettre au point une diode électroluminescente qui devrait révolutionner le marché de l'éclairage d'automobile. C'est par l'intermédiaire du troisième feu stop (autorisé depuis la fin de 1993 et qui deviendra obligatoire à partir du 1er janvier 1996) que cette technologie devrait gagner droit de cité dans le monde de l'automobile. Afin de répondre à la norme internationale, qui impose une intensité lumineuse comprise entre 25 et 80candelas pour les feux stop, les éclairagistes disposent de trois solutions. Certains optent même pour une quatrième (voir ci-dessous). La première consiste à utiliser une grosse ampoule à incandescence d'une puissance de 21watts. Celle-ci implique un boîtier de 40mm de haut qui limite son intégration dans la carrosserie du véhicule. Deuxième solution: remplacer cette source unique par plusieurs petites. Cette option nécessite tout de même une hauteur minimale de 25mm. Et multiplie les risques d'ampoules grillées. Dernière solution: remplacer les lampes à incandescence par une multitude de petites diodes électroluminescentes. Elles sont très économes en énergie. Leur temps d'allumage de six milliardièmes de seconde, contre quatorze centièmes pour un feu classique, diminue le délai de réaction des conducteurs de derrière (un dixième de seconde leur permet de gagner 4,7m de freinage à 100km/h). Leur durée de vie se révèle supérieure à celle du véhicule. Elles permettent enfin d'apporter des informations supplémentaires. En effet, la modulation de l'allumage, grâce à un capteur monté sur la pédale de frein, peut indiquer l'intensité de la décélération. "Cette idée n'est pas nouvelle, explique Hector Fratty, directeur développement et marketing de la division éclairage de Valeo. Plusieurs milliers de véhicules aux Etats-Unis et au Japon bénéficient déjà de cette technologie pour le troisième feu stop, obligatoire là-bas depuis longtemps. Mais le manque de puissance de l'électroluminescence (0,8candela par ampoule) nécessitait une cinquantaine d'ampoules pour atteindre la luminosité requise. Le feu se révèle trop "haut" pour les voitures européennes." La diode développée par Hewlett Packard résout ce problème d'encombrement. Elle intègre un système de correction optique qui canalise le faisceau de lumière dans l'axe de la diode et en améliore le rendement. Ses performances permettent à Valeo de lancer sur le marché un feu stop de 12mm de hauteur avec seize ampoules! "Ce produit s'adresse au marché de la seconde monte", dit Hector Fratty.

Un prix compétitif

"Mais les performances de ces diodes rendent possible leur intégration dans les becquets arrière des véhicules des prochaines générations." ajoute-t-il. Elles devraient se substituer aux lampes à incandescence des feux arrière classiques. Quarante diodes suffiraient. Et mettraient l'optique à un prix compétitif. D'autant que leur nouveau packaging carré et plus ramassé autorise une insertion automatisée. L'utilisation de diodes à la place de lampes à incandescence éviterait le perçage de la carrosserie pour le passage de l'optique, et créerait un gain de place dans le coffre, grâce à un simple décrochement. Enfin, le designer ne serait plus limité par les formes figées des optiques actuelles. "Nous sommes en avance. Reste à convaincre les constructeurs, déclare Hector Fratty. Ils semblent cependant séduits. Et je garantis les premières applications avant l'an 2000."

Olivier LAUVIGE



Le néon comme concurrent

La société Norma a choisi le néon comme solution de remplacement aux lampes à incandescence de ses feux arrière. Elle vend un troisième feu stop fondé sur cette technologie et travaille déjà à son intégration en première monte. Cette solution offre les mêmes avantages que les diodes: un meilleur temps de réponse, une consommation moindre et une plus grande facilité d'intégration dans les formes complexes des carrosseries. De plus, une lampe néon diffuse une lumière régulière sur toute sa longueur, alors qu'un feu à base de diodes ne présente qu'une succession de points lumineux. Son encombrement est encore inférieur. Et la technologie néon résisterait mieux aux températures élevées. "Au-dessus de 80°C, les diodes perdraient d'une manière souvent irréversible leurs caractéristiques lumineuses", dit-on chez Norma. Inconvénients: une luminance limitée et l'obligation d'utiliser un ballast électronique, générant de fortes perturbations électromagnétiques.





USINE NOUVELLE - N°2450 -

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS