L'Usine Agro

Echec d’une alliance entre les sucriers Cristal Union et Tereos

, , ,

Publié le

Dans un contexte de suppression des quotas sucriers européens à horizon 2017, le groupe coopératif Cristal Union a préféré dire "non" à une demande en mariage de son confrère Tereos, s’estimant assez solide pour résister.

Echec d’une alliance entre les sucriers Cristal Union et Tereos © D.R.

Ce sont deux acteurs coopératifs français majeurs spécialisés dans le sucre. Depuis longtemps, des rumeurs bruissaient en vue d’un rapprochement stratégique entre Cristal Union et Tereos, pour constituer un poids lourd coopératif. Il semblerait bien que cela soit exclu aujourd’hui. Selon l'AFP, le deuxième fabricant français de sucre Cristal Union (marque Daddy) a refusé une offre de fusion avec le premier sucrier, Tereos (Beghin-Say), s'estimant assez solide pour faire face seul à la fin des quotas sucriers en 2017.

"Nous avons déjà atteint le maximum de nos parts de marché en France. La concurrence n'acceptera pas qu'on soit plus gros", a déclaré Alain Commissaire, le directeur général de Cristal Union, auprès de l’AFP. Les deux groupes coopératifs représentent 80% de la production de sucre en France aujourd’hui.

"Un intérêt économqiue certain"

"Tereos est venu chercher du secours plusieurs fois" mais c'est "presque un peu offensant car nous nous sommes déjà préparés à la fin des quotas avec notre réseau en Europe", a-t-il ajouté. Selon Tereos, dont le conseil de surveillance avait envoyé une lettre au conseil d'administration de Cristal Union, l’union des deux groupes aurait pu permettre "de faire quasi jeu égal avec l'allemand Sudzücker", premier sucrier européen, qui possède depuis 2001 le français Saint-Louis Sucre. "L'intérêt économique de ce rapprochement est certain", précise Tereos, car "dans notre activité où les frais fixes représentent une part importante des coûts de production, l'effet d'échelle est décisif".

Préférant poursuivre sa route seul, arguant que la vision stratégique de Tereos est différente de la leur, Cristal Union a annoncé le 12 février un partenariat avec le sucrier américain American Sugar Refining (ASR), en prenant une participation dans la raffinerie italienne de Brindisi (sud-est). ASR contrôle cette raffinerie, présentée comme "l'une des plus performantes et des plus efficientes" en Europe, avec le groupe local Sfir. "Grâce à une position plus compétitive en Europe, cette alliance avec ASR donnera l'opportunité de développer de nouveaux marchés en et hors Europe, avec une offre globale", estime Alain Commissaire, dans un communiqué.

Adrien Cahuzac

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte