Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Santé

Ebola : un français parmi les six traitements en cours d’évaluation

Gaëlle Fleitour , , , ,

Publié le

Le sérum du lyonnais Fab’entech, spin-off de Sanofi Pasteur, fait partie des six traitements en cours d’évaluation par l’Agence européenne du médicament. Celle-ci espère déterminer ceux qui sont administrables à des patients contaminés par Ebola.

Ebola : un français parmi les six traitements en cours d’évaluation

Il n'existe toujours pas de vaccin ou de traitement spécifique homologué contre Ebola, mais les autorités sanitaires tentent d’accélérer la riposte scientifique et industrielle. Hautement contagieuse, cette fièvre hémorragique a déjà causé près de 3000 décès en Afrique de l’Ouest. Des milliers de doses de deux vaccins expérimentaux contre le virus, développés par le laboratoire britannique GSK et la biotech américaine NewLink Genetics, devraient être disponibles début 2015, a indiqué vendredi 26 septembre l'Organisation mondiale de la santé (OMS).

Rupture de stock pour le sérum ZMapp

De son côté, l’Agence européenne du médicament (EMA) planche sur l’évaluation de six traitements en cours de développement. Elle manquait jusqu’alors d’informations indépendantes pour décider de traiter ou non de manière expérimentale les patients. Un groupe d’experts européens, spécialistes des vaccins, des maladies infectieuses et du design d’essais cliniques, a donc été constitué. Au cours des dernières semaines, ils ont contacté six entreprises :

 

  • Biocryst, une entreprise américaine développant le BCX 4430.
  • Le lyonnais Fab’entech, spin-off du fabricant de vaccins Sanofi Pasteur dont le traitement est basé sur des anticorps polyclonaux produit dans du sérum de cheval.
  • MAPP Biologicals, le créateur américain du sérum ZMapp, qui avait été administré à titre compassionnel à plusieurs personnes infectées, mais dont les stocks sont épuisés dans le monde entier selon l’OMS.
  • Sarepta, un autre américain, planchant sur Sarepta AVI-7537. Son traitement, développé avec le ministère de la Défense américain depuis 2010, avait été interrompu il y a deux ans suite à l’arrêt des financements publics.
  • Toyama Chemicals, filiale du conglomérat japonais Fujifilm, co-développeur avec la biotech américaine MediVector du Favipiravir, un médicament contre la grippe tout juste homologué au Japon.
  • Tekmira, biotech canadienne développant le TKM-Ebola. Son essai de phase 1 a débuté en janvier, avec le soutien du ministère de la Défense américain.

Gaëlle Fleitour

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle