Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

EAS Développement placé en liquidation judiciaire avec poursuite d’activité

, , ,

Publié le

En cessation de paiement, l’entreprise de maintenance aéronautique EAS Développement, qui emploie près de 270 salariés à Perpignan (Pyrénées-Orientales), a été mise le 28 mai en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce. Ce dernier a autorisé une poursuite d’activité de trois mois et donné aux éventuels repreneurs jusqu’au 10 juillet pour déposer une offre.

EAS Développement placé en liquidation judiciaire avec poursuite d’activité © EAS Industries

Basée près de l’aéroport Perpignan-Rivesaltes (Pyrénées-Orientales), la société de maintenance aéronautique EAS Développement (nom commercial : EAS Industries), qui emploie 270 salariés, vient d’être mise en liquidation judiciaire par le tribunal de commerce de Perpignan avec une poursuite d’activité de trois mois jusqu’au 28 août. La direction avait déposé le 23 mai une déclaration de cessation de paiements avec demande de poursuite d’activité afin de trouver un repreneur. "Les éventuels repreneurs ont jusqu’au 10 juillet pour déposer des offres de reprise", précise à L’Usine Nouvelle.com Frédéric Duhamel, délégué CGT du comité d’entreprise. Cette période de poursuite d’activité  mois pourrait être renouvelée.

Le 27 mai, veille de l’audience au tribunal, environ 200 salariés avaient manifesté devant le site de cette entreprise de maintenance aéronautique, l’un des premiers employeurs industriels des Pyrénées-Orientales. "Nous avons rendez-vous le 4 juin avec le préfet et le représentant du ministère du Redressement productif, reprend Frédéric Duhamel. Un autre rendez-vous est déjà fixé par le tribunal de commerce le 30 juillet, pour un nouveau point sur la trésorerie."

En difficulté depuis 2005

La situation d’EAS Développement était délicate depuis des années : l’entreprise était en plan de continuation depuis 2006, après un redressement judiciaire intervenu en avril 2005, et la reprise par la holding de Georges Cohen, ancien patron de Panhard General Defense. EAS Développement a également souffert fin 2010 de l’effondrement d’un hangar en construction, destiné à accueillir des avions long-courriers, lors de la tempête du 24 décembre. Un accident qui a entraîné six millions d’euros de préjudice, des contentieux avec les assureurs et les entreprises de construction. Les comptes du dernier exercice publié, - celui de 2011 -, faisaient apparaître 17,525 millions d’euros de chiffre d’affaires pour près de 3,6 millions de perte nette et 14,5 millions de dettes.

"Entre le hangar, la conjoncture et les dettes, c’était très difficile. Fin 2013, le commissaire aux comptes avait émis une procédure d’alerte, assure Frédéric Duhamel, mais les actionnaires n’ont pas voulu remettre au capital et ont donné consigne à la direction de céder l’entreprise. Pendant trois mois, on nous a promenés avec un éventuel repreneur sans nom et une lettre d’intention jamais vue. Nous serons peut-être plus attractifs sous la coupe du tribunal", reprend le syndicaliste, qui assure : "Nos hangars sont pleins et on attend de nouveaux avions, ce qui plaide en notre faveur."

Sylvie Brouillet

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle