International

EADS va accélérer l'internationalisation des ses activités Espace et Défense

Hassan Meddah , , , ,

Publié le

Pour réduire sa dépendance aux budgets militaires européens en baisse, la nouvelle division Espace et Défense d'EADS veut doubler la part de son chiffre d'affaires réalisée à l'international.

EADS va accélérer l'internationalisation des ses activités Espace et Défense © EADS

5800 postes majoritairement supprimés en Europe mais combien d'emplois créés dans le reste du monde dans le cadre de la restructuration des activités défense et espace d'EADS ? Alors que les discussions s'ouvrent à peine avec les syndicats et les Etats pour tenter de limiter la casse sociale sur le vieux continent, EADS s'est bien gardé d'avancer le moindre chiffre. Mais clairement, si le groupe européen réduit la voilure en Europe, il compte bien accélérer à l'international où les marchés militaires et spatiaux sont toujours porteurs, notamment en Asie et en Amérique du Sud. "Il faut suppléer des budgets qui baissent en Europe. L'un des objectifs de la nouvelle organisation est aussi d'arriver à une plus grande internationalisation du schéma industriel d'Airbus Espace et Défense", explique Marwan Lahoud, directeur de la stratégie du groupe EADS.

La division Espace et Défense réalise aujourd'hui les trois quart de son chiffre d'affaires sur le vieux continent et principalement dans les pays fondateurs du groupe (Allemagne, Espagne, France, Royaume-Uni). "Entre nos pays domestiques et l'international, nous visons à terme un équilibre de l'ordre de 60% et 40% voir de 50%-50% en termes de chiffre d'affaires", indique le dirigeant sans s'avancer sur un calendrier.

Pas de nouveaux programmes

Cette stratégie s'explique évidemment par la baisse des budgets d'équipements militaires en Europe. Ceux-ci ont baissé de 13% entre 2010 et 2012 dans l'union européenne selon l'Irsem (Institut de recherche stratégique de l'École militaire). Et l'avenir pour les fabricants d'armes ne s'annonce guère meilleur en Europe. Pour justifier ses mesures de réduction d'effectifs, Thomas Enders, PDG du groupe, précisait qu'il ne voyait pas à court de terme de lancement de grands programmes de défense qui puisse changer la dynamique.

Cette internationalisation lui est imposée également par ses grands clients étrangers. "Quand vous vendez des grands équipements militaires, comme un avion, vous devez acheter une usine dans le pays où vous vendez. Logiquement, les gouvernements qui investissent dans le militaire et l'espace attendent un retour industriel et économique pour leur pays", explique Marwan Lahoud.

Doper la compétitivité

La réorganisation qui touche les salariés européens est aussi un moyen pour EADS de doper sa compétitivité sur les marchés exports. "Pour gagner des affaires à l'exportation, il faut avoir les bons prix", explique le dirigeant. EADS estime que 60% des gains de compétitivité viendront de mesures organisationnelles (efficacité industrielle accrue, meilleure gestion des achats, mise en commun des centres de compétence...) et 40% de la réduction des effectifs. Selon les chiffres donnés, EADS va supprimer 2000 postes de CDI en Allemagne, 1260 en France, 570 en Espagne et 450 au Royaume-Uni.

Hassan Meddah

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte