L'Usine Aéro

EADS retrouve les faveurs de l’agence Fitch Ratings

Olivier James , ,

Publié le

L’agence de notation financière Fitch Ratings a relevé la note du groupe européen. L’état de ses finances s’améliore et sa gestion des grands programmes, en particulier l’A350, rassure les observateurs.

EADS retrouve les faveurs de l’agence Fitch Ratings © Airbus

Si Airbus et Boeing sont souvent au coude à coude en termes de commandes d’appareils, il en est de même pour leur notation financière. L’agence de notation Fitch Ratings vient de relever d’un cran la note de la dette à long terme d’Eads : elle passe de "BBB+" à "A-". Il aura fallu pour EADS et sa principale division Airbus pas moins de six années pour retrouver cette note « A- » perdue en mars 2007. La note est assortie d’une perspective stable.

L’agence justifie sa décision par l’amélioration des finances d’EADS en 2012 et en 2013. "Le groupe maîtrise mieux ses coûts, améliore ses flux de liquidités et parvient à augmenter ses marges", résume l’analyste Tom Chruszcz. Une performance alors que la rentabilité d’Airbus est souvent pointée du doigt au regard de celle bien plus élevé de son concurrent américain Boeing. L’agence estime également que la nouvelle gouvernance d’EADS mise en place depuis début 2013, qui limite la participation des Etats, lui sera profitable.

L'A350 en bonne voie

D’un point de vue plus industriel, Fitch Ratings accorde une assez bonne confiance au derniers grands programmes d’Airbus, en particulier l’A350, mais aussi l’A400M et l’A380. Le cinquième et dernier appareil de test de l’A350 vient d’ailleurs d’entrer en phase finale d’assemblage. Les risques de dépassements de délais et les problèmes de montée en puissance demeurent sur ces programmes, mais ils tendent à diminuer étant donné que ces programmes arrivent à maturité.

Ces programmes pourraient expliquer une grande part des livraisons futures. L’agence se veut justement confiante pour l’avenir du secteur de l’aviation commerciale. Fitch Ratings prévoit une augmentation des livraisons entre 6 et 7% en 2013, et de 8% en 2014. "Les livraisons pourraient excéder 1400 appareils en 2015, estime Tom Chruszcz. Mais cela dépendra en grande partie de la montée en puissance du Boeing 787 et de l’introduction de l’Airbus 350XWB". Pour Airbus comme pour Boeing, les prochaines années seront décisives pour leurs nombreux grands programmes arrivés à maturité.

Olivier James

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte